Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le poissonnier

79e partie

Résumé : Mehdi apprendra à Farida qu’il avait non seulement établi le constat d’accident, mais aussi déposé leurs véhicules chez le tôlier. La jeune femme le remercie, avant de lui présenter Merouane. Ce dernier affichait un air hostile.

 

Mehdi qui avait relevé la tension qui régnait entre eux juge opportun de dire :
-Je suis à votre disposition dans le cas où vous changeriez d’avis tous les deux. Le poisson demeure toujours un met délicieux et très conseillé.
-Ma mère en raffole toujours, lance Farida, et j’ai oublié de te dire qu’elle te remercie pour la dernière livraison.
-Tout le plaisir a été pour moi. Au fait, comment va-t-elle ?
-Encore un peu fatiguée par le voyage, mais tout heureuse d’avoir accompli le dernier pilier de la
religion.
-C’est une bonne chose pour tes parents, que Dieu te les garde. J’aimerais bien que ma mère face une omra.
-Pourquoi pas ?
-Je vais lui en faire la proposition lorsqu’elle sera sur pied.
-Je suis sûre qu’elle ne refusera pas. Elle va mieux ?
-Aussi bien qu’on peut l’être après une chirurgie.
Rencontrant le regard impatient de Merouane, Mehdi s’empresse de rajouter à l’intention de Farida :
-Nos deux véhicules seront prêts dans quelques jours. Le tôlier fait du bon travail. Je suis sûr que tu n’auras rien à redire.
-Merci, Mehdi. Sans toi je ne sais pas ce que j’aurais fait.
-Bof ! Je sais que tu es très débrouillarde, et puis il y a aussi Merouane qui aurait pu tout prendre en charge.
Il ébauche un sourire à l’intention de ce dernier, en poursuivant :
-N’est-ce pas, Merouane ?
-C’est certain. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi elle ne m’a pas fait appel plus tôt.
Farida secoue la tête.
-Tout bonnement parce qu’on était Mehdi et moi sur place. Comme il était autant concerné que moi, je n’ai pas voulu crier au secours.
Elle sourit en regardant son
fiancé.
-Allez, rentrons, nous avons eu tous les deux une longue journée au boulot.
Puis se retournant vers Mehdi, elle lance :
-Merci encore pour tout, Mehdi.
-Pas de quoi, chère voisine.
Il agite la main.
-Passez une bonne soirée tous les deux.
Farida et Merouane s’éloignèrent. Ce dernier lui prend le bras.
-Ce Mehdi semble bien t’apprécier.
-Oui. Et moi aussi je l’apprécie bien. Il est gentil et très serviable.
-Et moi, je suis méchant et
grognon.
Elle rit.
-Si tu le dis, je le croirai.
-Je ne sais pas pourquoi cet homme ne m’inspire pas confiance.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER