Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le vent de l’été

7e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Nacéra estime qu’elle n’avait plus l’âge de penser à fonder un foyer. Maissa la rassure. Elle n’était pas aussi vieille que ça. De son côté, elle voulait l’entretenir sur un sujet. Son hésitation inquiète Nacéra.

Nacéra regarde curieusement sa sœur, qui semblait réellement gênée.
-Maissa ! Vas-tu enfin cracher le morceau ? Tu m’inquiètes avec cet air sérieux qui n’augure rien
de bon :
-Je vais te faire une confidence. Juste une petite confidence. Heu… Oh ! Je… J’ai tellement honte de t’en parler maintenant que je connais tout ce passé que tu viens d’étaler devant moi que je ne sais plus comment m’y prendre.
-Mais de quoi veux-tu donc m’entretenir enfin ?
Maissa aspire une goulée d’air, avant de lancer :
-Je vais me marier.
-Quoi ?
Nacéra se lève et contourne la table avant de s’arrêter devant sa sœur :
-Tu vas quoi ?
Maissa baisse les yeux et répondit d’une voix chevrotante :
-Me marier. Quelqu’un viendra demander ma main le week-end prochain. Je voulais que tu sois la première à être informée.
Nacéra prend sa sœur par les épaules :
-Tu es certaine de ce que tu avances ?
-Bien sûr ! Il n’y a pas de quoi plaisanter là-dessus.
-Mais Maissa, tu n’as que 20 ans, et il y a tes études à terminer, un job à décrocher, avant de penser au mariage.
-Oui, ma sœur. Mais il y a aussi le temps qui passe, et l’âge qui avance. Tu viens de démontrer par toi-même que la vie ne fait pas de cadeau, et qu’il faut partir à point si on ne veut pas rater le coche.
-Certes, mais dans ton cas c’est différent. Tu termineras d’abord tes études, et tu pourras te marier ensuite. Disons dans 2 ou 3 ans.
-Je ne pourrais pas attendre
jusque-là.
-Pourquoi donc ?
-Heu… Lyès. Je veux dire mon futur fiancé est pressé. Il veut qu’on se marie tout de suite. Il veut venir demander ma main et fixer rapidement la date du mariage.
-Qui est ce Lyès ?
-Heu… Un jeune que j’ai rencontré à l’université. Il est professeur de mathématiques.
-Tu le connais depuis quand ?
-Depuis une année environ. Il vient tous les mardis et les jeudis donner son cours, et nous nous sommes tout de suite plu.
Nacéra regarde sa sœur. Maissa transpirait et semblait mal à l’aise. Évidemment quelque chose ne tournait pas rond chez elle.
-Je comprends ton entêtement à te marier. Tu ne veux pas finir vieille fille comme moi. Mais crois-moi, les études doivent passer avant tout.
-Oui… Heu… Les études, je vais les terminer bien sûr. Mais je dois aussi faire ma vie. Je compte sur toi pour mettre notre mère au courant. Les parents de Lyès vont se pointer chez nous dans quelques jours et je n’aimerais pas essuyer un refus.
-Un refus légitime Maissa. Maman aimerait te voir réussir d’abord dans tes études, puis dans une carrière professionnelle. Le mariage viendra après. Ton époque est différente de la mienne. Tu pourras rencontrer un meilleur parti que ce Lyès qui ne m’inspire pas du tout confiance, bien que je ne le connaisse pas
encore.
Maissa hésite, puis lance :
-Lyès est quelqu’un de bien. Dans le cas contraire, il m’aurait plutôt abandonnée.
Nacéra fronce les sourcils :
-Eh bien il n’aura qu’à chercher ailleurs. Il doit être plus âgé que toi, puisqu’il est déjà professeur d’université. Pourquoi n’attendrait-il pas la fin de tes études pour se marier ?
-C’est un cas de force majeure.
-Il n’y a aucune force majeure qui t’empêchera de terminer tes études. Contrairement à moi, on ne t’a jamais empêchée de sortir, de rencontrer tes amies, d’aller au cinéma, et bien entendu de rejoindre l’université après ton bac. Je voulais que tu aies ce que moi je n’ai pas eu. Que tu décroches des diplômes et que tu atteignes le summum de la réussite.
Maissa hoche la tête d’un air grave :
-Je vois… Tu veux projeter tes ambitions sur moi. Tu veux que je réalise tes propres rêves et que j’accède à tes objectifs.
-Pas mes ambitions, mais plutôt les tiennes. Si tu as fait des études supérieures, ce n’est pas pour rester cloîtrée à la maison.
-Je ne trouve pas inconvenant pour une femme de vouloir rester chez elle et de s’occuper de son foyer et de ses enfants.
-Chaque femme a ses propres rêves. Toi, tu vas forcément te trouver un job à la fin de tes études.
-Je ne pense pas. Je ne suis pas très attirée par un travail ni par une carrière professionnelle. Nacéra, je veux juste me marier avec Lyès et faire ma vie. Je ne veux pas rater le coche comme toi.

(À suivre) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER