Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

La brûlure de la braise

7e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Le lendemain, il faisait encore plus chaud que la veille… J’arrive à la rédaction avec du retard, et me mets à rédiger mon billet. Saâd arrive… Il est en nage… Avant de s’asseoir, il ressort pour ramener une bouteille d’eau et des sandwichs.

Je lui lance un regard amusé :
-On voit que la chaleur n’a pas d’impact sur ton appétit.       
-Pas du tout ma chère, mon ventre réclame son dû à des heures précises, et je tente d’être ponctuel pour le satisfaire.
Il s’assoit et dépose ses paquets sur la table :
-Nous allons partager ce repas frugal ensemble. J’ai même pensé à ramener quelques fruits. J’espère que tu aimes les pommes.
-J’en raffole…
-Alors j’ai été bien inspiré…
-En guise d’inspiration, je suis plutôt impatiente de t’écouter.
Il acquiesce :
-Je suis tout à fait prêt à te raconter l’histoire de ma vie, mais accorde-moi encore quelques minutes pour reprendre mon souffle et mettre fin aux gargouillements de mon estomac.
À ce moment, Kamel, un collègue d’une autre rubrique, fait son apparition… Essoufflé, il jette, plus qu’il ne dépose son paquetage sur la table et tire une chaise pour se laisser choir :
-Ouf ! Quelle chaleur ! On dirait qu’on est au bord de l’enfer.
Je pousse vers lui un gobelet et la bouteille d’eau :
-C’est l’été, il est tout à fait normal qu’il fasse autant chaud.
Il boit son verre d’une seule traite, et le repose avant de répondre :
-Certes… Cependant, j’avoue que la température d’aujourd’hui est vraiment insupportable. En sus, toute cette foule qui s’agglutine devant les salons de glaces et les stations de bus, est frustrante. J’ai eu un mal fou à me frayer un passage pour arriver au journal.
-C’est le cas de tout le monde,
figure toi.
Il relève la tête, et me sourit :
-Hanane, on dirait que tu tombes toujours à point pour calmer mes nerfs.
Je hausse les épaules :
-Pourquoi s’énerver ? C’est une perte d’énergie inutile.
-Je le conçois… Néanmoins, il y a des moments où on n’arrive pas à se dominer.
Saâd dépose le sandwich qu’il était en train de mâchouiller, et lance :
-Hé, Kamel, ne crois pas que tu es le seul qui affronte quotidiennement ces désagréments. Nous sommes tous logés à la même
enseigne.
Kamel se lève et lui donne une tape sur l’épaule :
-On dirait que ta bourgeoise a oublié de te nourrir ce matin.
Saâd déglutit et reprend son
sandwich :
-C’est le cas… Elle s’est rendue à la plage avec les enfants.
-Ah !

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER