Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Portrait de famille

80e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : À ma naissance, mon père finira de son côté par prendre la mer. C’est ma grand-mère qui est chargée de veiller sur la famille. Quand j’eus mes 14 ans, elle décide de m’emmener avec elle en voyage.

Lors de mon premier voyage, ma grand-mère Yasmina me fera visiter l’Europe.
Elle avait déjà visité quelques villes françaises et quelques pays avec mon grand-père au début de leur mariage, mais c’est avec moi-même qu’elle apprécia le plus ses  déplacements à travers le continent.
Nous passâmes un agréable séjour en Belgique, avant de partir pour Paris où des cousins nous reçurent à bras ouverts.
Je découvris les merveilles de la capitale française. Mais quand je demande à ma grand-mère de faire un tour à Marseille, elle refusa net.
-Non… ! Tu te rendras à Marseille quand tu  seras en âge de voyager seule.
Je compris dès lors que cette ville lui rappelait trop de souvenirs. Mon oncle Mohamed nous avait appris entretemps, que l’immeuble où Yasmina et Mouhoub avaient résidé, avait été démolit.
Une entreprise commerciale a été érigée à sa place.
Ma grand-mère hoche la tête à cette nouvelle. Pour elle, c’était clair. Il était écrit qu’elle ne devrait plus revoir cette ville, où elle avait connu des jours heureux.    

1988 – Mon cousin Fayçal
Aussi loin que remontent mes souvenirs, je me revois,  pas plus grande que trois pommes, avec ma robe blanche à petits pois, et des rubans dans les cheveux.
J’étais à la maternelle. Tous les matins, trottinant derrière ma grand-mère, mon petit sac d’écolière sur le dos, je donnais la main à mon cousin Fayçal.
Le petit-neveu de ma grand-mère vivait chez nous depuis déjà une année, en attendant de rejoindre ses parents, partis s’installer en France.
Fayçal avait hérité des traits de notre arrière- grand-père Mohamed.  Blond aux yeux bleus,  la démarche sûre, il avait de  longs cheveux couleur de blé, qu’on coiffait en queue de cheval afin qu’ils ne retombent pas sur ses yeux.
Fayçal m’aimait beaucoup et partageait avec moi ses friandises, ses jeux, ses livres etc. Mais j’étais  une enfant terrible et capricieuse. Jalouse de voir ma grand-mère s’occuper lui, je ne ratais aucune occasion pour le bousculer, le faire tomber, déchirer ses cahiers ou casser ses crayons.
Même à l’école, alors qu’on partageait la même table, je trouvais le moyen de gribouiller ses cahiers, ou de maculer ses livres.
J’aimais voir les institutrices le gronder, ou lui asséner des coups sur les mains, lui reprochant  d’avoir sciemment salies ses affaires.  
Dans la cour de l’établissement, je m’arrangeais toujours pour lui chaparder quelques friandises, alors que je gardais précieusement mon goûter pour l’avaler plus tard, à l’abri des regards. Quelle méchante fille j’étais !
Égoïste et sans cœur.
Fayçal ne m’en voulait jamais. Bien au contraire, il tentait de me consoler par tous les moyens, quand je recevais une raclée, ou quand pour me punir de mes bêtises, ma grand-mère refusait de m’emmener en
promenade.
Nous avions respectivement cinq et six ans, et souvent nous partagions nos jeux, et nos lectures.
Fayçal travaillait bien à l’école, et s’appliquait avec moi à tracer les lettres majuscules que  Yasmina  nous faisait faire chaque soir.
Deux années plus tard, alors que nous entamions notre deuxième année au primaire, Fayçal partit rejoindre ses parents en France. Je me rappelle que ce jour là, j’avais pleuré comme je ne l’avais encore jamais fait.
Bien que j’avais déjà des frères et sœurs, Fayçal était pour moi, ce compagnon avec qui j’aimais tout partager  quand il ne faisait pas office de souffre-douleur.
Cette séparation était un véritable déchirement et fut mon premier chagrin.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER