Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le poissonnier

86e partie

Résumé : Après une longue journée de travail, Farida rentre chez elle. La nuit était tombée, et elle n’aspirait plus qu’à se reposer. Arrivée au quartier, elle se rendit à l’évidence. Son véhicule était bien là.

 

Farida n’en revenait pas. Le tôlier était un artiste. Personne ne devinera qu’il y a quelques jours à peine le parechoc arrière, la malle et le parebrise avaient subi de grands dégâts.
-C’est formidable, Mehdi. Et pour être sincère, je ne m’attendais pas à récupérer mon véhicule aussi vite.
-J’ai insisté auprès de mon ami pour le faire passer en priorité. Ma camionnette pourra attendre.
Elle fronce les sourcils.
-Et comment feras-tu pour le poisson ?
-Un ami m’a passé la sienne pour quelques jours.
-Ah ! Je ne sais quoi te dire. En tout cas, je te remercie infiniment. Tu t’es donné tant de mal pour moi, alors que je suis la première fautive dans ce qui est arrivé à nos deux véhicules.
-Non. C’était les circonstances. La chaussée était mouillée, et tu avais perdu le contrôle de ta voiture. Ce qui pourrait arriver à n’importe qui.
-Eh bien, tu remercieras aussi ce tôlier pour son fabuleux travail.
Elle ouvre son sac et prend son portefeuille.
-Combien je lui dois ?
Mehdi met les mains dans ses poches.
-Rien.     
-Comment cela, rien ? Il faut bien que je lui paye les réparations, et je devrais même lui ajouter un bon pourboire.
-Attends d’abord que tes assurances te remboursent.
-Il n’en est pas question. Les assurances mettent un temps fou pour te donner un sou, et ce tôlier ne va pas attendre une éternité pour recevoir son dû.
-Je l’ai déjà payé.
-Hein ?
-C’est fait, Farida. Tout à l’heure lorsqu’il m’a appelé pour me dire que ton véhicule était prêt, j’ai pris l’initiative de lui régler son dû.
Farida lui tend quelques billets.
-Alors, tu devrais prendre ton dû toi aussi.
Il repousse sa main.
-Il n’y a aucune urgence, Farida. Tu me payeras plus tard.
-Quand ça ?
-Plus tard. Allez, je présume que tu es épuisée, et que tu n’aspires plus qu’à quelques heures de repos.
-C’est le cas. Mais je ne bougerai pas d’ici tant que tu n’as pas accepté de prendre ton argent.
Il soupire et accepte quelques billets.
-Voilà. Tu es satisfaite ?
-Non. Pas encore. J’aimerais connaître le montant exact des réparations.
-Oh ! C’est bon. Laisse tomber. Je t’assure que ce tôlier m’a fait un prix d’ami.
-Combien ?, insiste-t-elle en reprenant son portefeuille.
Mehdi regarde les billets dans sa main et sourit.
-Je crois que je devrais te rendre la monnaie. Il y a amplement de quoi payer le tôlier et lui laisser un bon pourboire.
-Je ne te crois pas.
Il hausse les épaules.
-Dans ce cas, tu lui poseras la question à l’occasion.
-Je le ferai si tu me le présentes.
-Alors, attendons jusque-là.


(À SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER