Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le mendiant de l’amour

8e partie

Résumé : Linda remet quelques affaires au mendiant ainsi qu’un billet de banque afin qu’il puisse prendre un bain. Elle se rend en ville pour faire des courses. À son retour, elle est franchement surprise. Le mendiant n’était plus le même.

Elle dépose son panier plein devant le portail de sa villa et s’apprête à prendre ses clefs dans son sac pour ouvrir la grille d’entrée, lorsqu’un un voyou surgit de nulle part, la bouscule et le lui arrache des mains, avant de prendre ses jambes à son cou. 
Linda pousser un cri, avant de tomber de tout son long sur le trottoir.
Elle sent une douleur fulgurante traverser sa jambe droite et entend quelqu’un crier avant de se mettre à courir. 
Elle essaye de se relever, mis ne peut que s’asseoir sur la chaussée. 
Elle avait l’impression qu’on lui plantait des clous dans les muscles de sa cheville qui commençait à enfler et à prendre de sérieuses proportions. Elle remarque que les clefs de la maison étaient tombées non loin d’elle et tente encore une fois de se mettre debout. Hélas ! 
Elle n’arrivera même pas à s’agenouiller, et la douleur de son pied devient intolérable. Un vertige s’empare d’elle. Elle sent une sueur inonder tout son corps. 
La frustration se mêle à la douleur physique, et elle craque. Ses cris et ses sanglots attirent une foule curieuse. Un attroupement se fait autour d’elle. Quelques jeunes tentent de la calmer. 
Tout à coup, des bras puissants la soulèvent et elle sent un souffle sur son visage. 
- Allons, allons, madame. Calmez-vous. C’est terminé, j’ai récupéré vos affaires. 
Elle relève la tête et reconnaît son “mendiant”. Ne pouvant maîtriser ses nerfs, elle se laisse aller contre lui et pique un fou rire.
- La pauvre, elle a perdu la raison, lance quelqu’un, elle est sûrement tombée sur la tête. 
- Non, c’est juste une crise de nerfs, rétorque un passant. C’est normal, elle vient d’être agressée. On a tout vu de nos jours. Un quartier aussi chic infesté de voyous ! 
Linda reprend enfin son sérieux et jette un coup d’œil autour d’elle. Elle eut l’impression d’émerger d’un cauchemar. Le mendiant la tenait fermement. Elle sentit ses bras vigoureux autour d’elle. 
- S’il vous plaît, déposez-moi sur la première marche 
d’escalier. 
- Non. Je vais vous déposer chez vous. Vous êtes blessée, vous ne pourrez pas marcher. Si vous préférez, je vous conduis à l’hôpital. 
- Non. Je préfère faire appel à mon médecin. 
Elle se rappelle que les clefs étaient tombées, et tend l’index.
- Quelqu’un peut-il m’aider à ouvrir le portail ?


(À suivre)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER