Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le poissonnier

90e partie

Résumé : Farida rassurera de son mieux Dalila. Cette dernière, confuse, finira par entendre raison. Au milieu de la journée, Merouane contacte sa fiancée. Il était au bord de l’abîme. Ils déjeunèrent ensemble. Elle est effarée par son aspect.

 

Elle remarque aussi qu’il avait maigri et flottait dans ses vêtements. Le jeune homme lève une main tremblante.
-Ne me regarde pas comme ça, Farida. Je sais que je ne suis pas beau à voir aujourd’hui. Tu m’en vois désolé, mais vu les circonstances...
Elle l’interrompt.
-Voyons, Merouane, le monde ne s’est tout de même pas écroulé. Tu transites par une mauvaise passe, voilà tout.
-Une mauvaise passe ?
Il secoue la tête.
-J’ai perdu une centaine de millions, et mis mon agence en péril.
-Malgré ces inconvénients, je suis certaine que, d’ici peu, tu vas remonter la pente.
Il secoue encore la tête.
-Il y a des choses que tu ignores, Farida.
-Des choses que j’ignore ? Tu veux dire que tu m’as caché la vérité ?
-Non. Je ne t’ai rien caché. C’est juste que je ne voulais pas t’encombrer avec mes aléas.
-Que m’as-tu donc caché ?
-J’ai contracté un prêt bancaire.
Elle ouvre ses yeux tout grands.
-Tu as contracté un prêt bancaire ?
-Oui. Je voulais brûler les étapes et te prouver que je suis un bon gestionnaire. Alors additivement à mes économies, et au compte bancaire de l’agence, j’ai contracté un prêt que je dois rembourser dans trois ans.
Il baisse la tête.
-J’ai déjà raté le remboursement des deux premières mensualités, et je viens de recevoir une mise en demeure.
Elle fronce les sourcils.
-Je ne savais pas que tu étais aussi inconscient.
-Je ne savais pas non plus que j’allais échouer. C’était un risque à prendre.
Elle explose.
-Contrairement à ce que je pensais, tu t’es fourré dans un sale pétrin, Merouane. Si tu avais pris la peine de m’en parler avant de lancer ces maudits projets, je t’aurais conseillé de consulter tout d’abord des experts commerciaux.
-Je reconnais mon inconscience, Farida.
Il allume une cigarette d’une main tremblante.
-Comme j’avais déjà lancé l’agence sans trop de mal, je pensais que ce serait le cas pour le reste. Hélas ! Je me suis amplement gouré.
Elle ne trouve rien à lui répondre. Leurs plats refroidissaient, mais ni l’un ni l’autre ne le remarquaient. Pris dans leur discussion, ils avaient totalement oublié leur déjeuner.

 


(À SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER