Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

9e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Lla Z’hor prodigue à sa fille mille et un conseils. Elle estime qu’elle ne doit pas uniquement s’occuper de son mari, mais aussi de ses beaux-parents. Si Tayeb, son beau-père, est un brave homme, mais Lla Kheira a ses humeurs.

Lla Z’hor pousse un soupir :
-Je sais ma fille. C’est justement la dernière remarque que tu viens de faire qui m’inquiète le plus.
-Tu crois que Mahmoud va se laisser influencer par sa mère pour me rendre la vie
infernale.
-Non… Je ne le pense pas. Mahmoud est un garçon bien comme il faut qui respecte beaucoup ses parents. Et même s’il obéit au doigt et à l’œil à sa mère, il n’est pas idiot au point de se laisser marcher sur les pieds. Il connaît trop le caractère acariâtre de Kheira.
Je pense au contraire, que c’est lui-même qui te protégera le plus.
Fettouma pousse, de son côté, un long soupir :
-Pourquoi me tiens-tu tout ce discours mère ?
-Hein ? Je… Je voulais tout simplement te préparer à ta future vie avec Mahmoud et sa famille.
-À t’entendre parler ainsi, on dirait que je vais à la guerre.
Lla Z’hor se met à rire :
-Non… Tu habiteras juste au-dessous. Et j’interviendrais en cas de guerre (elle rit encore) Fettouma, il faut juste comprendre que tant que nous sommes là ton père et moi, tu n’auras rien à craindre.
-Mais je ne crains rien.
Ni personne.
-Même pas Lla Kheira ?
-Non plus. Certes, je lui dois moi aussi respect et obéissance, mais je ne crois pas qu’elle va me terroriser au point où tu le penses. Ne dramatise donc pas les choses maman.
Lla Z’hor serre sa fille
contre elle :
-Ah ma chérie ! Comme je suis contente de t’entendre parler ainsi. Tu es bien plus mûre pour ton âge que je ne le pensais.
Les jours filèrent tel un ouragan. Lla Z’hor apprendra à sa fille des tas d’astuces qui pourront lui servir durant sa vie conjugale. Tout d’abord, elle lui montra comment entretenir son corps, comment préparer la cire à épiler, comment coiffer ses cheveux et se parfumer, comment se maquiller les yeux et tracer ses sourcils, et comment s’habiller pour plaire à son mari.
L’entretien de la maison, la cuisine, la couture…Tout passera en revue.
Fettouma écoutait, assimilait et se promettait en fin de compte de n’en faire qu’à sa tête. Elle connaissait Mahmoud, et elle savait qu’il l’aimait telle qu’elle était. Sans artifices, et sans toilettes coûteuses. Quant aux travaux ménagers, cela fait belle lurette qu’elle en connaissait déjà tous les aspects.
Elle savait cuisiner, préparer la galette, rouler le couscous, laver le linge et mettre en valeur un décor. D’ailleurs, elle sait aussi que la famille de Mahmoud était plus aisée que la sienne et qu’elle n’aura pas besoin d’avoir à demander tel ou tel objet pour le décor de sa chambre.
Lla Kheira va vouloir frimer devant les voisines et saura acheter ce qu’il y a de meilleur pour son fils.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER