Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

11e partie

La brûlure de la braise

Résumé :  Saad obtint les meilleurs prix de l’école. Maintenant, il doit rejoindre le CEM situé en ville. Son père n’était pas de cet avis, mais Hizia, sa mère, insiste afin que son fils puisse poursuivre ses études.

 

Ma mère lève une main :
-Cela ne nous coûtera pas grand-chose. Et puis, comme pour tous les parents qui se respectent, il est de notre devoir de soutenir notre enfant. Saad a obtenu les meilleures notes de son établissement. Cela ne te suffit donc pas ?
-Heu… Je... Je suis fier de lui. C’est tout de même mon fils. Cependant, s’il doit poursuivre ses études en ville, nous n’allons pas le revoir de sitôt.
Ma mère hausse les épaules :
-Il n’est pas aussi ingrat que tu as tendance à le penser. Mon fils doit poursuivre ses études voilà tout. Nous le reverrons durant les vacances.
-Tu ne connais pas encore la grande ville et ses affres, femme…
-Et toi… ? La connais-tu ?
Il garde le silence. De la ville la plus proche de notre village, il ne connaissait que les souks aux bétails. À vrai dire, mon père n’avait jusque-là pratiquement jamais quitté son patelin.
Il toussote et se lève :
-Femme, tu es aussi tenace qu’une sangsue. Je vais me rendre en ville demain pour me renseigner sur les formalités d’inscription dans cette école.
Il toussote encore :
-Cela me coûtera un voyage et d’autres dépenses pour le déjeuner, les frais de scolarité et …
Ma mère lève encore sa main :
-Je connais ta rengaine petit radin(elle soupire). Saad mérite bien plus que ça. Le pauvre garçon était tout heureux à l’idée de poursuivre ses études.
Elle ouvrit son coffre et retire une ceinture en argent. Sa seule richesse :
-Tiens prends là et arrête tes chichis. Tu pourras la vendre et en tirer quelques billets qui compenseront tes dépenses.
Surpris par son geste, mon père repousse sa main :
-Non Hizia… Garde ta ceinture… Ne nous en sommes pas encore là. Je vais accompagner Saad et Dieu y pourvoira pour le reste.
Chose dite, chose faite.
Mes notes jouèrent en ma faveur, et je fus inscrit, sans contrainte, dans un grand CEM… L’internat me fera découvrir un nouveau monde.
Dans le grand dortoir, j’avais droit à un lit, et à une table de nuit. Chose que je ne connaissais pas jusque-là. Ensuite, je découvre non sans joie, une grande salle de bain avec faïence, douches, lavabos et tout le confort requis pour une toilette quotidienne.
J’étais si heureux que je m’amusais à prendre des bains à tout bout de champ.
Une autre grande surprise pour moi : la grande bibliothèque de l’école. Jamais de ma vie je n’avais vu autant de livres. J’allais d’une rangée à une autre, et tentais de retenir ces titres qui m’attiraient afin de pouvoir me permettre de longues heures de lecture plus tard…


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER