Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Récit de Yasmina Hanane

85e partie

Les racines de l’amour

© Dessin/Ali Kebir

Résumé : Belkacem dévoile à Mohand que sa sœur avait fugué. Ce dernier, après une longue hésitation, avoue que Ghenima s’était cachée chez lui. Belkacem n’en revenait pas. son ami a dû encourager cette dernière afin qu’elle quitte sa famille. Il accuse Mohand de les avoir déshonnorés.

Mohand se dégage de l’emprise de Belkacem :
- Ce n’est pas du tout ce que tu crois Belkacem, dit-il calmement. Rassois-toi, je vais te raconter se qui s’était réellement passé. Si je voulais déshonorer ta famille, je ne t’aurais rien avoué.
Belkacem lâche prise. C’était vrai... ! On n’avouait pas aisément une faute aussi grave. Mohand n’avait rien entrepris pour encourager Ghenima. C’est plutôt sa sœur, qui avait décidé de leur donner une bonne leçon à tous…
Il se rassoit et Mohand en fit de même. 
- Tu crois donc Belkacem que j’aurais piétiné l’honneur de ta famille comme cela et d’un cœur léger ? Ne suis-je pas un natif du village ? Enfant nous avons tous joué ensemble et partagé nos croutons de pain, et je connais mieux que quiconque les mœurs rigides de nos villageois. Mon oncle Said n’est-il pas membre de la djemaâ ?
Belkacem hoche la tête :
- Oui. Mais parfois…
Mohand l’interrompt :
- Laisse-moi donc te raconter toute l’histoire. Ensuite tu jugeras de toi-même, si tu dois laver l’affront ou pardonner à ta sœur.
- Je t’écoute. Mais avant cela, veux-tu me dire où se cache 
Ghenima ?
- Tu le sauras au moment opportun, ne t’empresse pas donc.
Mohand remue le feu avec un tisonnier et rajoute quelques brindilles pour le raviver. Il s’appuie sur sa canne et clopine à travers la grange pour allumer une seconde torche.
- À cette heure-ci, je devrais être chez moi, auprès de mon frère et de mon père. Des gens arrivent encore d’un peu partout. Mais j’ai cru utile de descendre jusqu'à la grange pour retrouver Ghenima et lui apporter son dîner. 
- Ghenima était donc chez-toi depuis le début.
Mohand secoue sa tête :
- Pas précisément. Je te jure qu’elle ne s’est tournée vers moi que lorsqu’elle a constaté que toutes les issues étaient bouchées. À la veille de la réunion de la djemaâ, elle est venue m’annoncer qu’on voulait la marier à Aïssa. Je t’avoue que je suis resté hébété un bout de temps, avant de réaliser que Ghenima ne pouvait me raconter des sornettes. Elle avait un balluchon qui contenait quelques affaires, et voulait quitter tout de suite le village. J’ai essayé alors de la calmer, et de lui faire comprendre, qu’elle mettait sa vie en danger, tant auprès de sa famille, que lors de sa fuite. Elle risquait gros, en partant ainsi à l’aveuglette. Par cette saison, les animaux n’auraient fait d’elle qu’une bouchée. 
Belkacem était accroché aux lèvres de Mohand. Il ne doutait pas de la sincérité de ses dires. Ce dernier lui jette un coup d’œil, et le jeune homme l’exhorte à poursuivre :
- Ensuite… Que s’est-il passé ? Je sais que Ghenima n’est pas restée avec toi, car le soir même elle était avec nous à la maison.
- Oui. Je l’ai encouragée à rentrer. Je ne voulais pas qu’elle provoque un conflit alors qu’elle avait encore une chance de s’en sortir. La djemaâ pouvait revoir cette histoire et traiter les choses différemment. Voir plus logiquement
 

(À SUIVRE)
Y. H. 
 y_hananedz@yahoo.fr
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER