Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Récit de Yasmina Hanane

Un jour je saurais… 23e partie

Résumé : Achour montre à Nora leur chambre, et cette dernière tente de gagner du temps, en s’esquivant dans la salle de bain. L’idée de passer la nuit dans le même lit que ce vieillard la répugnait. Ne la voyant pas revenir aussitôt, ce dernier vint frapper à la porte... La jeune femme est offusquée.

Elle garde le silence. Tout n’allait pas bien pour elle…
Elle est en train de vivre un véritable cauchemar. Que fait-elle donc dans cette maison, avec cet homme qui voulait revivre une deuxième jeunesse à travers la sienne ?
-Nora… ?
Elle avait fermé la porte à clef, mais craignant que la serrure ne cède sous les coups redoublés de Achour, elle s’empresse de répondre :
-Je vais bien… Je prends un bain. Va te reposer…
-Nous allons nous reposer ensemble tous les deux… Ne tarde pas trop dans la salle de bain.
Nora verse de l’eau sur ses cheveux et ferme les yeux pour apprécier l’écoulement du liquide chaud sur son visage. Ah ! Si on pouvait effacer tous ses malheurs par un bon bain chaud…
Elle fait mousser son shampooing et s’amuse à faire des bulles de savon. Aussitôt, les couleurs de  l’arc en ciel mettent un peu de gaîté dans la morosité de son âme.
Les bulles montaient, puis redescendaient. Un parfum de fruits embaume les lieux.
La jeune femme aspire à pleines narines l’odeur des mûres sauvages. Elle s’imagine dans la forêt, courant les pieds nus et l’esprit léger. Cela lui rappellera les randonnées pédestres qu’elle faisait lorsque ses parents passaient des vacances au bled, alors qu’elle était une insouciante adolescente.
Elle aimait les longues balades matinales à travers la verdure et les champs de blé qui s’étendaient à perte de vue.
-Nora… ? Tu n’as pas encore terminé de te laver… ?
La voix chevrotante de Achour la tire de ses méditations. Ce bougre ne la lâchait pas.
Elle se rince les cheveux et lance :
-Je vais bientôt terminer, va donc m’attendre dans la chambre.
Elle espérait qu’il allait s’endormir et la laisser en paix. Hélas ! Ce n’était pas le cas. Achour l’attendait.
Il s’était changé. Il portait un pyjama tout neuf, et s’était parfumé.
-Tu sens bon ma chérie…, dit-il en se levant à la vue de Nora. La jeune femme s’était habillée dans la salle de bain, et portait une longue robe d’intérieur à manches longues.
-Pourquoi ne portes-tu donc pas une des chemises de nuit que je t’ai offertes.
-Je n’aime pas trop les chemises de nuit… Je préfère les robes longues et épaisses.
-Je suis sûr que tu seras bien plus belle avec une chemise de nuit… Faisons donc un essai et…
Nora lève la main :
-Je suis trop fatiguée pour ce soir… S’il te plaît, sois compréhensif et laisse-moi dormir quelques heures…
Il se renfrogne :
-Tu oublies que c’est notre nuit de noces.
Elle hoche la tête :
-Je n’ai pas oublié… Mais… nous sommes fatigués tous les deux. Il se fait tard, nous ferions mieux de prendre quelques heures de repos.
Il pousse un soupir :
-D’accord… Je vais rabattre le couvre-lit…
Elle lève la main :
-Non… Laisse, je vais le faire pour toi…
Elle rabat le couvre-lit et arrange un coussin :
-Là... Tu seras à l’aise.
Il la regarde étonné :
-Tu veux dire que tu ne vas pas dormir dans ce lit ?
Elle appréhendait cette question et avait déjà préparé une réponse toute faite :
-Si. Mais pas pour ce soir… Je préfère dormir dans la chambre à côté, si tu n’y vois pas d’inconvénient… Je n’aimerais pas te déranger…Tu dois te reposer.
Il contourne le lit et s’approche d’elle avant de la saisir par le bras :
-Tu me fuis Nora… Hein... ?
La jeune femme tente de dégager son bras, mais il resserre son étreinte :
-Tu oublies que tu es ma femme et que j’ai tous les droits sur toi.
Il approche son visage du sien, et elle sentit son souffle sur son cou :
-Nora, n’essaye pas de jouer à la maligne avec moi… Je suis un vieux routier…
-Mais je t’assure que ce n’est pas ce que tu penses. Je ne suis pas encore habituée à ta présence et…
-Tu t’y habitueras, crois-moi. Et bien plus tôt que tu ne le penses.
Il lâche son bras qu’elle se met à masser, et se saisit d’un coussin et d’une couverture :
-C’est moi qui vais dormir dans la chambre à côté. Toi, tu dormiras ici. Je n’aimerais pas te bousculer pour cette première nuit. Tu as tout prévu… Je comprends mieux ton empressement à garder Amar, mon petit-fils, dans la maison ce soir… Mais la partie n’est pas encore gagnée pour toi.
Il sortit de la chambre et ferme la porte à clef.  Nora se laisse tomber sur le lit. Elle l’avait échappé belle pour ce soir. Mais elle savait que ce ne sera pas le cas le lendemain.

(À suivre) Y. H.