Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

#EspacesLibres / Rédaction Digitale de "Liberté" (#RDL)

Tablette des haltes (acte 22)

La géopolitique footballistique

Ceux qui doutaient encore de l’énorme impact du football sur la géopolitique mondiale doivent (logiquement) se ressaisir. A l’approche du début de la coupe du monde, prévu dans quelques jours, la tension est bien palpable, et à plusieurs niveaux, dépassant le cadre sportif.

 Deux événements sont venus leur faire ouvrir les yeux sur cette réalité. Il y a l’annulation de la rencontre amicale prévue à El-Qods entre la sélection de l’entité sioniste et l’Argentine, et en parallèle la « guerre » médiatique entre l’Arabie Saoudite et le Qatar autour de la diffusion des matchs du mondial russe. Le premier a impliqué plusieurs parties. En plus de l’entité sioniste et de l’Argentine, il y avait également la fédération de football palestinienne. Même le Qatar a été accusé par la presse israélienne d’être derrière la pression mise sur Messi pour convaincre ses coéquipiers de ne pas se déplacer à El-Qods. Les ministres de l’entité israélienne et ceux du gouvernement argentin sont montés au créneau pour évoquer cette annulation qui donne plus de tonus aux campagnes internationales de boycott de tout ce qui est en relation avec les sionistes.

Concernant l’autre « point chaud » footbalistico-géopolitique, l’une des premières conséquences est que les saoudiens ne pourront pas voir le mondial. Le Qatar, à travers Bein Sport (qui détient les droits de diffusion dans le Moyen Orient et en Afrique du Nord), fait de la surenchère avec son voisin. Sous embargo depuis plus d’une année, Doha profite de cette opportunité pour négocier en position de force. A travers Bein Sport le Qatar se retrouve à menacer la « quiétude » du royaume saoudien dont le peuple est impatient de voir sa sélection dans la plus prestigieuse des compétitions (d’ailleurs le match d’ouverture du mondial opposera la Russie à l’Arabie Saoudite).

Les tensions entre les pays à cause du football ne sont pas une nouveauté. Les algériens ont déjà eu à vivre cela en 2009 lors des matchs contre l’Egypte. Trente ans avant, c’était une vraie guerre qui s’était déclenchée entre deux pays sud-américains, le Salvador et le Honduras. C’était suite à une rencontre (qualifications pour la coupe du monde 1970) et le bilan de la confrontation militaire était très lourd : entre 3000 et 6 000 morts et plus de15 000 blessés.

Pour rester dans l’histoire, et pour revenir à l’aventure de l’Algérie lors des qualifications aux deux dernières coupes du monde auxquelles elle a participé, deux détails sont à mettre en avant. Une année et deux mois après l’élimination de l’Egypte devant la troupe de Saâdane (novembre 2009), le président Hosni Moubarak était débarqué (janvier 2011) du pouvoir suite à un soulèvement populaire. 

Quatre ans après, l'Algérie se qualifiait au mondial brésilien après avoir éliminé, dans le dernier tour qualificatif, le Burkina Faso (2-0 et 1-0). Une année et un peu plus d'un mois après, le président Blaise Compaoré démissionnait de son poste après...un soulèvement populaire. L'Algérie, d'une certaine façon, vengeait ainsi le regretté Capitaine Thomas Sankara (prédécesseur de Compaoré à la présidence du Burkina Faso assassiné en 1984)

Ces deux pouvoirs ont chuté alors qu'ils avaient beaucoup misé sur le sport roi. Le peuple n'ayant plus leur "anesthésie" s'est finalement retourné contre ceux qui n'avaient pu leur faire oublier leur misère. Le football, quand on ne sait pas le gérer, se transforme en source de bouleversements. 

Lire:

Tablette des Haltes (acte 21)

 

Salim KOUDIL

@SalimKoudil


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER