Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Reportage

Reportage

Al-rokia : un créneau très juteux !

Avec le recul de l’esprit rationnel et cartésien, accompagné de la “salafisation” de la société, cette pratique, qui relève plus du charlatanisme, est un véritable business dont les victimes sont des esprits naïfs.

Un titre qui vous paraît vague ! Pourtant, c’est la vérité. ça fait quelque temps, j’ai eu l’occasion de visiter la commune de Barika pour la première fois dans ma vie, l’objectif de cette visite était d’accompagner deux personnes de ma famille qui voulaient se rendre à un “raki” dont le renom et la notoriété ont dépassé les limites de sa wilaya, c’est un “raki” qui prétend soigner et guérir par la “rokia” et la “hijama” toute sorte de maladies y compris le cancer, et même le mauvais œil et la magie noire, un soi‐disant traitant multidoué ! Et puisque c’était quasi impossible de faire changer la conviction de ces deux personnes ou influencer leur croyance à ce sujet, donc c’était une occasion pour moi de réaliser mon objectif “caché” derrière cette visite, celui d’assister à une exceptionnelle forme d’imposture qui s’est totalement emparée des esprits des gens de tous les niveaux, intellectuels et sociaux.
Dès notre arrivée, j’ai pu constater de plus près la grandeur et la vénération dont jouit ce “raki”, tout un long et large parking à sa propre disposition, les voitures des visiteurs y étaient garées avant le lever de soleil, des plaques d’immatriculations de toutes les wilayas, et même des plaques d’immatriculations françaises. Il fallait se morfondre dans une longue queue pour décrocher un billet pour la consultation, après, nous nous sommes dirigés vers la salle d’attente pour femmes, et qui est aussi la salle de consultation, c’est une salle très spacieuse qui inspire le faste et le luxe, et qui rappelle les célébrations de nos mariages traditionnels, des tapis de luxe, des matelas couverts avec du velours, chauffages, ventilateurs, toilettes intégrées dans la salle, même l’encens n’a pas manqué à cette ambiance divine et prestigieuse, aucun détail n’était négligé pour garantir un accueil satisfaisant qui permet d’ajouter foi à la réputation dorée de ce “raki”. La salle était comble, je lisais l’impatience et la hâte dans les yeux (dépourvus de discernement) de chaque visiteuse, elles étaient sur le gril, comme si elles
s’attendaient à ce qu’un miracle se produise ! Dans le coin aménagé pour la consultation et les soins, j’ai aperçu trois lits médicaux et toute une panoplie d’outils relatifs aux techniques de la “hijama”, ça avait l’air d’un laboratoire scientifique, des assistantes avec des blousons d’infirmières bougeaient ici et là pour préparer les patientes (dupées). Soudain, j’ai constaté que j’assiste à une scène de déshabillage déconcertante, j’avais l’impression que j’étais dans un hammam ! On a demandé aux patientes de se déshabiller et de ranger leurs habits dans des corbeilles qui se trouvaient sous les lits, puis s’allonger et se couvrir avec des draps, les patientes n’étaient aucunement gênées de se déshabiller devant les autres femmes, ce jour‐ci j’ai vu des seins de femmes de toutes tailles et de toutes formes, j’étais étonnée du fait qu’il n’y ait même pas un paravent entre les consultées et celles qui attendent.
Le vénérable “raki” tant attendu entre dans la salle et commence sa consultation “magique”, en d’autres termes, il commence à se délecter de corps nus des femmes en ayant l’air très déférent et respectueux. Je suis restée ébaubie devant cette scène répétée à maintes reprises devant mes yeux, dès que la consultation collective s’achève, chaque patiente consultée reçoit un paquet de gaufrette et une petite bouteille de jus (artificiel) pour rompre le jeûne, puisqu’il est indiqué d’aller à jeun pour appliquer la “hijama” plus un coupon qui démontre la somme due de 500 DA. J’ai compris immédiatement qu’il s’agit du paquet de gaufrettes et de bouteille de jus (artificiel) les plus chers en Algérie !
Mais quelle arnaque ! Je me demandais ce qui se passait réellement dans les têtes de ces personnes niaises et ineptes, qui se livrent avec grand contentement et confiance à ces charlatans. Après chaque consultation et séance de guérison, le “raki” se transforme en un véritable prêcheur, et invite les femmes déjà consultées à une autre salle “de prêche” mixte, où il met un CD pour leur faire écouter quelques sourate du Coran qu’il n’apprend sûrement pas par cœur. Après quelques minutes d’écoute de Coran, le “raki” commence sa prêche, et qu’il semble connaître par cœur, car il la réitérait mot par mot après chaque consultation, la preuve, c’est que je garde toujours dans ma mémoire les phrases dites dans cette prêche avec leur ordre.
Voilà ! La visite était terminée, à la sortie de la soi‐disant clinique, je découvre un dernier bonus d’arnaque, des centaines de bouteilles d’eau minérale accumulées sur le trottoir étaient à vendre, un assistant était chargé de la vente de cette eau qui est plus chère que d’habitude, car j’ai appris de l’une des deux personnes que j’ai accompagnées que la bouteille coûte 50 DA parce que son eau était bénite par la lecture de quelques sourate de la “rokia”. Je me suis demandée si cette eau est plus précieuse que l’eau de Zamzam qui est gratuite et surtout plus bénite.
Quand je suis rentrée chez moi, je me suis amusée de faire une petite comptabilité en faveur de ce “raki” pour deviner approximativement sa recette quotidienne par rapport au tarif minimum de consultation et au nombre de patients (victimes) consultées ou arnaqués ! J’ai pu tirer la conclusion suivante, c’est que ce “raki” est beaucoup mieux rémunéré qu’un député à l’APN, peut‐on rêver d’un investissement plus juteux que celui‐ci ?!
Après cette décevante découverte, je me suis retrouvée avec un profond sentiment de détresse et de désarroi, et je me suis inquiétée davantage du sort de ce peuple qui se laisse prendre facilement par des arnaques savamment orchestrées par ceux qui investissent impitoyablement dans son ignorance au nom de la religion et de Dieu, et j’étais plus sidérée du fait que ces charlatans mystificateurs exercent impunément leurs supercheries au vu et au su des autorités concernées. Comme le discernement et la conscience sont la clé de voûte de l’épanouissement de civilisation de toutes les nations, je me demande s’il nous reste quelque chose à espérer de ce peuple noyé dans les foutaises !


O. C.