Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Reportage

Saint Augustin, Camus et Zizou

La carte de visite de l’Algérie aux JO

Un seul sportif figure parmi les personnalités associées par les Anglais à l’Algérie. Il s’agit de Zinedine Zidane, un footballeur qui de surcroît n’a jamais porté le maillot vert et rouge ni représenté l’Algérie dans une quelconque compétition olympique.
C’est pourtant lui que le quotidien britannique The Daily Telegraph a choisi pour présenter notre pays — comme participant aux JO de Londres — sans doute en raison de ses origines, qui font de lui l’Algérien le plus célèbre de la planète. Il est cité, à l’instar de deux autres figures historiques emblématiques. Le premier est saint Augustin d’Hippone, un des pères de l’église latine que l’Algérie a enfanté. Le second, Albert Camus, écrivain et prix Nobel de littérature, né en Algérie.
à trois, ils figurent sur la carte de visite de l’Algérie aux Jeux olympiques que le journal a composé, sans doute parce qu’en matière de performances sportives, notre pays a peu de noms. The Daily Telegraph rappelle d’ailleurs que les premières médailles d’or ont été décrochées en 1992 en athlétisme, par Hassiba Boulmerka et Noureddine Morceli.
Depuis, cette discipline a décliné. Dans la plupart des autres sports, l’Algérie est également peu brillante, à l’exception du judo et de la boxe où, selon le Telegraph, les compétiteurs nationaux peuvent créer la surprise. C’est en rangs réduits finalement que notre pays ira à Londres.
à côté figurent des délégations colossales, celle des états-Unis évidemment ou de la France, un pays mi-aimé, mi-haï outre-Manche. Avec une dose de sarcasme typiquement british, le Daily Telegraph affuble l’Hexagone d’une description assez atypique. Ce serait un pays où “on perd des guerres (en référence certainement à la bataille de Waterloo où Napoleon Bonaparte a perdu ses plumes faces aux Anglais), où on perd des têtes (l’exécution de Louis XVI) et où les gens continuent de fumer”. Drôle de profil !


S. L-K.