Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Reportage

Reportage

L’art traditionnel algérien s’offre une vitrine à Varsovie

Très sollicités, des artistes représentant plusieurs wilayas se sont prêtés avec joie aux questions des visiteurs curieux de savoir comment les objets sont fabriqués et quels matériaux utilisés.

Blue City. Le plus grand carrefour commercial de Varsovie. Ce “mal”, immense comptoir commercial de la capitale polonaise, a vibré, une semaine durant, au rythme d’un d’événement tout particulier : les journées algériennes du tourisme, de la gastronomie et de l’artisanat traditionnel. La période : du 3 au 10 octobre. à l’entrée du hall de Blue City abritant les grandes enseignes internationales, des témoins vivants de l’artisanat traditionnel algérien accrochent le regard. Des gargoulettes, des bougeoirs, des tajines, des cruches, des chandeliers, des lampes à huile, des vases en terre cuite, des bijoux en porcelaine, des tapis d’Aït Hicham, des nappes de la vallée de M’zab, des ustensiles de cuisine en cuivre (théières et couscoussiers), des tableaux de sable sont autant de produits made in Algeria exhibés pour la circonstance. Une vitrine d’art traditionnel à vocation utilitaire ou décorative. De la céramique, la poterie, la dinanderie, en passant par le tissage, le cuivre repoussé, le bois tourné, les bijoux kabyles et targuis, le vitrail, la vannerie, à l’habillement traditionnel à base de poil de chameau. C’est un avant-goût copieux du patrimoine national riche et pluriel qui est offert aux visiteurs de Blue City. Les Polonais sont réputés, voire fascinés par tout ce qui est inhérent aux aspects culturels et civilisationnels.
Pas moins de 15 artistes représentant 10 wilayas (Médéa, Blida, Tipasa, Djelfa, Laghouat, Ghardaïa, Tamanrasset, Oran, Tizi Ouzou et Alger) ont animé des ateliers vivants mis en place à cet effet. L’engouement était au rendez-vous dès le premier jour. D’ailleurs, la cérémonie inaugurale a drainé une grande foule. Pas moins d’une cinquantaine de diplomates et des représentants du gouvernement polonais ont répondu favorablement à l’invitation de l’ambassadeur d’Algérie en Pologne, M. Abdelkader Khemri. Les desks installés parés des couleurs nationales éveillent la curiosité des visiteurs. Chaque région du pays expose ses orfèvreries. Les Polonais prennent plaisir à découvrir le patrimoine algérien au pluriel. Des kyrielles d’ouvrages en poterie ou en porcelaine, ou encore en vannerie offrent, sur site, un voyage féerique, à travers les créations de chaque région d’Algérie. Les gammes exposées ou fabriquées sur les lieux dans les ateliers vivants se veulent à la fois utilitaires et décoratives. Elles véhiculent l’authenticité et la créativité made in Algeria. Le chef de la délégation de l’artisanat, Kameleddine Bouame, directeur de la chambre d’artisanat de Médéa, a souligné que ce genre de manifestation constitue une opportunité de choix à l’artisanat national, pour faire connaître, dans cette région de l’Europe centrale, les spécificités du tourisme algérien, à travers l’art traditionnel qui est à la fois riche et varié, à l’image de l’immensité géographique et culturelle du pays. “Chaque région a son propre cachet. Chaque territoire de l’Algérie livre un patrimoine distinctif. Nos produits se distinguent d’une région à une autre. Ce sont des œuvres du terroir réalisées avec dextérité. D’où l’importance de l’organisation de telles manifestations à l’étranger pour permettre à nos produits de conquérir des clients d’Europe. Aussi, ces journées permettront sans aucun doute de tisser et de bâtir des liens avec des professionnels polonais et les inscrire dans la durée”, souhaite-t-il.

Le motif berbère ravit la vedette

Curiosité oblige, les visiteurs éprouvent un réel plaisir à demander des explications sur les motifs berbères et mauresques, et sur les arabesques figurant sur les gammes exposées. Ces ornements, qui aiguisent de toute évidence l’envie des amateurs d’exotisme, ont fortement ébloui les visiteurs. Les ateliers de poterie, des tableaux de sable, de la céramique, de la dinanderie, de la vannerie et autres ont été pris d’assaut durant toute la manifestation par des familles polonaises venues découvrir la beauté de l’Algérie. Très sollicité autant que d’autres, l’artiste Chennoufi Mohamed spécialisé dans la céramique s’est prêté avec joie aux questions liées notamment aux étapes de fabrication et matériaux utilisés. “Les visiteurs demandaient des informations sur l’origine et les messages contenus par les motifs. Un Polonais ne manquera pas de confier : cette assiette dominée par le motif arabesque donne l’impression qu’elle est imprimée et non pas faite manuellement. Les Polonais préfèrent se rabattre, pour des raisons pécuniaires évidentes, sur des produits à double vocation : décorative et utilitaire.” Pour sa part, l’artiste Aïssa Korichi ne manquera pas de relever que les Polonais l’interpellaient sur l’exécution de ces tableaux de sable, tellement bien finis. “Ils me demandaient si ces ouvrages ne sont pas imprimés à la machine.”
Ces journées se sont déroulées sur un fond musical du terroir. La troupe de Dar Gharnatia de Koléa a marqué de son empreinte cette manifestation par ses différents rythmes musicaux, l’andalou notamment. Pour sa part, le groupe Choghli de Djanet a fait danser, avec ses airs musicaux de targui, les invités polonais. L’autre fait saillant qui a marqué ces journées algériennes à Varsovie est incontestablement l’art culinaire. La gastronomie nationale a été admirablement représentée par le chef Arezki Kennas, de l’hôtel El-Djazaïr. Ces plats préparés sur site ont fait saliver les hôtes de l’Algérie. Plusieurs menus traditionnels y ont été servis durant cette manifestation. De la chorba, du bourek, chetitha, chakhchoukha et autres. Même les baqlaoua, dzeriet, mekhabez étaient au rendez-vous. L’ambassadeur de la cuisine algérienne du jour expliquera : “Les plats traditionnels les plus réputés et répandus en Algérie leur ont été servis. Ces mets ont été réalisés grâce à toute une équipe de 8 professionnels de l’hôtel El-Djazaïr.” D’ailleurs, ces produits d’appel algériens présentés ont été accompagnés avec des séances de dégustation. Une manière de les initier à la culture culinaire nationale avant de venir en Algérie découvrir les sites romains (Timgad ou Djemila), les dunes de l’immense Sahara ou encore les panoramas balnéaires vierges. Ils se sont montrés d’ailleurs fortement subjugués par la pluralité culturelle et civilisationnelle d’Algérie.
De son côté, le chef de file de la délégation algérienne, Chelouffi Rachid, directeur général de l’Office national du tourisme, a relevé que ce genre de manifestation s’inscrit dans la stratégie nationale du développement et de la promotion du tourisme. Ces journées contribueront inévitablement à faire connaître la destination Algérie dans toutes ses facettes. “Contrairement aux précédentes participations de l’ONT à des manifestations internationales, aujourd’hui un ensemble d’ingrédients est présent à Varsovie, la porte de l’Europe centrale, pour faire découvrir l’Algérie à ce grand pays émetteur de touristes. L’art traditionnel, la gastronomie, la musique sont autant de composants du choix du produit touristique algérien.” La stratégie tracée par l’ONT consiste, dit-il, à pénétrer de plain-pied cette région très portée sur les produits culturels, religieux, civilisationnels et même balnéaires, d’où tout l’intérêt de ces actions de charme. “Nous avons des atouts considérables à faire valoir et se disputer une place dans les marchés des pays baltiques et, du coup, capter une partie des potentiels voyageurs de cette région. Les Polonais, qui partaient souvent en égypte, cherchent à présent à découvrir d’autres destinations encore vierges comme l’Algérie.” Signalons au passage que pas moins de sept millions de Polonais, selon l’organisation polonaise du tourisme, achètent, chaque année, des séjours dans plusieurs régions du monde.

La Palestine à l’honneur
L’invité surprise de ces journées algériennes était la Palestine. En effet, la troupe El-Bakoun de Beit Sahour (Bethléem) a émerveillé l’assistance, avec une opérette retraçant le dur quotidien et la résistance héroïque du peuple palestinien dans les territoires occupés. Les membres de cette troupe, qui avaient participé au festival mondial de la jeunesse en Pologne, ont même chanté l’Algérie. L’ambassadeur de Palestine accrédité à Varsovie, son excellence Azmi Edekka, nous a indiqué à ce propos que “cette troupe ne pouvait aucunement décliner l’invitation de son excellence Abdelkader Khemri. La Palestine et l’Algérie sont deux pays frères. Ils entretiennent de fortes relations depuis très longtemps. Cette initiative de mon frère Abdelkader Khemri est propre aux Algériens réputés pour leur solidarité et leur soutien indéfectibles au peuple palestinien. Je remercie vivement le peuple et le gouvernement algériens.”
En attendant de voir des groupes de touristes polonais flâner dans les rues d’Alger, il est important de souligner que l’Algérie a été officiellement gratifiée du titre d’invité d’honneur du prochain salon international du tourisme de Varsovie (TT Warsaw), et même le ministre du Tourisme algérien, Mohamed Amine Hadj Saïd, a été officiellement convié à ce salon. Ce ticket de participation à une telle manifestation importante après la bourse de Berlin est la résultante des efforts déployés par notre représentation diplomatique avec l’appui du ministère des Affaires étrangères.


H. H.