Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Reportage

Interview de Lars Rebien Sørenson, P-DG Monde de NovoNordisk, à “Liberté”

“Notre stratégie est d’investir localement en Algérie”

© D.R.

Dans quelques semaines, le P-DG Monde du groupe pharmaceutique danois NovoNordisk se déplacera en Algérie.

Liberté : Quelle est votre stratégie de redéploiement en Algérie dans la conjoncture actuelle, marquée par la rigueur budgétaire ?
Lars Rebien Sørensen : Notre stratégie est d’investir localement en Algérie. Je me rendrai prochainement dans le pays pour discuter, conjointement avec notre partenaire Saidal, avec le ministre de la Santé, de la Population et de la réforme hospitalière, ainsi qu’avec ceux du Commerce et des Finances sur l’élargissement de notre collaboration dans une production plus sophistiquée de l’insuline en Algérie.

Justement, est-ce que vous comptez réduire vos importations au profit de la production locale puisque c’est là la politique du gouvernement algérien ?
Bon ça, c’est l’un des problèmes. Produire localement dans un pays sous-entend une petite unité et donc une production faible. Le coût de revient du produit est plus élevé. Par conséquent, l’utilisateur paie plus cher le médicament que s’il était importé. Pendant une courte période, des pays prônent quand même ce type de politique pour obtenir le transfert de technologie et l’éducation thérapeutique des patients.
On peut donc admettre que les prix soient élevés. Mais sur une échéance plus grande, les entreprises, qui produisent localement, ont besoin d’être sécurisées car elles sont exposées à la concurrence internationale. Autrement, elles deviennent non compétitives. Ces mesures sont bien connues et appliquées partout dans le monde, y compris ici au Danemark. Mais avec le temps, on se rend compte que le commerce libre est plus efficace pour les pays, parce que les producteurs s’attellent à développer les meilleurs produits à des prix bas.
Dans le cas de l’insuline, le coût de revient le plus bas, de par le monde, est ici dans l’usine du Danemark.

Est-ce que NovoNordisk a introduit, sur le marché national, toutes ses innovations dans l’aire thérapeutique du diabète spécifiquement ?
Pratiquement, tous les produits innovants (analogues GLP-1 et insulines de nouvelle génération) ont été soumis à l’approbation des autorités compétentes pour être mis sur le marché algérien.
À vrai dire, l’Algérie est confrontée à une conjoncture économique et financière difficile. Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière ne peut adopter les dernières innovations dès qu’elles sont disponibles. En général, les diabétiques algériens ont accès à des traitements de haute qualité et de technologie avancée. Davantage que dans les autres pays en développement, qui ont des politiques différentes. Les médicaments de dernière génération sont coûteux. Il s’agit, pour les gouvernements, de déterminer la nécessité de fournir les traitements innovants d’abord aux diabétiques ou aux personnes qui souffrent d’autres maladies. Les revenus globaux du pays sont en baisse. Par conséquent, le ministère des Finances doit statuer sur les programmes d’importation que le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière est autorisé à engager.

Quel est le programme de votre visite en Algérie ?
Je dois visiter notre usine de Tizi Ouzou. Il est important pour nous d’avoir des discussions avec notre partenaire Saidal. Nous prévoyons des rencontres avec les hauts responsables et représentants du gouvernement pour discuter de certains points relevant de nos investissements en Algérie. Bien entendu, nous envisageons d’élargir nos investissements en Algérie.
Nous souhaitons aussi que les patients algériens accèdent à nos produits de dernière génération même s’ils ne sont pas fabriqués localement. Quoi qu’il en soit, notre présence en Algérie est une belle histoire de réussite.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER