Scroll To Top

A la une / Reportage

Olive et huile “La Sigoise” de Mascara

Un label à la renommée bien établie

© D.R

Si vous êtes de passage dans la wilaya de Mascara et que l’idée de vous approvisionner en olives ou huile d’olive vous passe par la tête, il faut se diriger vers la ville de Sig, sise à une vingtaine de kilomètre du chef-lieu de wilaya, qui propose toute une gamme de produits variés en quantité et en qualité, et à des prix défiant toute concurrence. En effet, avec une superficie globale de 19 000 ha d’oliveraies, la ville de Sig incarne l’oléiculture, non seulement dans la wilaya de Mascara, mais aussi dans toute la région ouest du pays. Néanmoins, la superficie productive, qui est limitée à 13 645 ha, donne une récolte saisonnière de l’ordre de 888 000 quintaux, toutes variétés confondues, dont 554 969 quintaux d’olives de table et 8 930 quintaux d’olives à huile.

Toutefois, ces statistiques communiquées par les services agricoles de la wilaya de Mascara devraient être être revus à la hausse, puisque la campagne n’est pas achevée. De cette production, une quantité de 1 071,66 hectolitres d’huile d’olive a été extraite pendant cette étape de la campagne. La production de l'huile est insignifiante par rapport au conditionnement de l'olive dans la région de Mascara. La variété dite “Chemlal”, qui sert au broyage, est faible, car elle ne représente que 5% environ de la production globale. C'est donc l’équivalent de 1 200 hectolitres qui est produit à la fin de la saison. Résultats, certains producteurs se permettent le luxe de promettre la mise sur le marché d'une huile à 380 DA pour le vrac et 450 DA pour l'huile conditionnée.

En ville, dans les magasins, la situation est tout autre. Le litre d'huile est encore hors de prix, cédé à 1 000 DA. “Mais c'est de l'huile vierge”, se défend un détaillant. Les olives sont à partir de 300 DA/kg, et pour d'autres variétés, le prix peut atteindre les 400 DA le kilogramme. Cela dit, la “Sigoise” reste une appellation et une référence pour l’olive de la région, très recherchée en Algérie, mais aussi à l'étranger. On reconnaît la Sigoise comme une variété d'olive particulière issue de la région. Son poids peu ordinaire atteint 4,5 à 5,5 grammes contre 2 à 3 grammes pour l'olive ordinaire.

De plus, elle se distingue par sa grande résistance à toutes les conditions climatiques. Ce qui la prédestine à la consommation, comme olive de table, ou à la trituration. Sa renommée dépasse les frontières et elle a été introduite dans les années 30 par des colons français. Des transformateurs à Sig, dont le nombre se compte sur les doigts d’une main, sont en train de l'exporter vers plusieurs marchés européens où elle est très demandée. Le Conseil oléicole international vient de la reconnaître comme étant “une variété productive” pour l'olive de table et l'huile. Mais l’opération relative à l’exportation de ces produits reste assujettie à certaines conditions draconiennes. Elle reste tributaire d’une surproduction dégagée après la satisfaction du marché national. Ces transactions sont régies par le Code du commerce international et par le respect du cahier des charges.

La wilaya de Mascara a procédé à l’exportation de l’huile d’olive vers la Hongrie. Les opérations ont été effectuées pour 3 produits de la campagne 2019-2020 de l’huile d’olive du terroir en février 2020. Il y a une quantité de 480 litres d’huile, produit désigné “Huile d’olive 750 ML”, pour un montant de 1 632 euros, suivi d’une autre de 600 litres de produit “500 ML” d’une valeur de 1 050 euros et d’une troisième quantité de 480 litres de produit désigné “250 ML” pour une recette de 456 euros.

Comme toujours en pareilles circonstances, l’huile extraite de la Sigoise est confrontée à la concurrence sur le double plan, national et international. “La concurrence est légitime sur ce plan et constitue un stimulant pour les confiseurs, lesquels doivent redoubler d’efforts pour se hisser au sommet et atteindre les objectifs assignés”, a estimé un producteur de Sig, une ville qui abrite plus de 300 confiseurs.

 


A. B.
 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER