Scroll To Top

A la une / Reportage

PRODUCTION DE L’HUILE D’OLIVE À JIJEL

Une filière en mal de promotion

© D.R

Alors que des prévisions pessimistes sont annoncées pour la production de l’huile d’olive à Jijel, des voix se sont multipliées pour appeler à la promotion de la filière oléicole. Celle-ci est encore en difficulté et n’arrive pas à s’imposer par un rendement suffisant en quantité, mais aussi en qualité pour développer la production de l’huile d’olive à l’échelle locale. Très prisé, ce produit est vendu à un prix qui oscille entre 650 et 1 000 DA. “On m’a fait part d’un prix qui a atteint 1 000 DA le litre”, confie Yassine Zedam, secrétaire général de la Chambre de l’agriculture de la wilaya de Jijel.

La baisse annoncée de la production risque encore de faire flamber le prix de l’huile d’olive, dont la filière reste dépendante des méthodes de récolte et de production rudimentaires. “Il faut jeter de nouvelles bases pour parvenir à augmenter la production et surtout envisager l’exportation”, précise-t-il. Pour ce qui est de l’exportation, depuis une première tentative, avortée d’ailleurs, au début des années 2000, selon ce responsable, pour une question de qualité de la marchandise exportée, l’huile d’olive produite à Jijel n’est guère présente hors des frontières du pays.

“Nous sommes encore loin de l’exportation, les Européens exigent une bonne qualité du produit, selon les normes imposées par le Conseil oléicole international, ce qui n’est pas encore à notre portée”, souligne M. Zedam, avant de revenir sur la mésaventure d’un exportateur qui a tenté, en 2003, de placer des quantités d’huile d’olive sur le marché italien en 2003. “Elles ont été refusées au motif que la qualité du produit était jugée non conforme aux normes de ce conseil a expliqué la partie importatrice”, a-t-il précisé.

S’il est difficile de satisfaire les exigences des Européens en matière de qualité du produit, il est cependant possible de pénétrer d’autres marchés, le Canada ou l’Asie, pour exporter l’huile d’olive, estime le patron de la Chambre locale de l’agriculture, en jugeant que  “cette éventualité est encore loin de notre portée pour la simple raison que le produit à exporter est indisponible”.

“Il faut des bases solides pour améliorer la production et ensuite envisager de passer à l’exportation. Nous en sommes encore très loin”, déplore-t-il. Il faut cependant noter qu’un producteur local a exporté, l’été dernier, 10 000 litres de la marque “Kotama” depuis le port de Djendjen vers l’Europe. L’exportateur avait indiqué que cette cargaison constituait une première opération d’exportation qui devait être suivie par d’autres. Hélas, depuis cette date, aucune autre opération d’exportation n’a été signalée.

Le problème est que la filière oléicole reste encore l’apanage de familles qui maintiennent les anciennes méthodes de récolte et de production, ce qui influe négativement sur les quantités et la qualité du produit. Mais d’autres facteurs sont aussi pour quelque chose dans la dégringolade de la production oléicole à Jijel. En effet, la Direction des services agricoles (DSA) justifie cette baisse par les incendies qui déciment chaque année des oliveraies entières.

En 2020, nous avons recensé 1 168 ha d’oliviers partis en fumée. Des indemnisations de sinistrés ont été opérées pour réparer les dégâts causés, selon un programme qui a été lancé et qui prévoit l’acquisition de 43 000 oliviers. Dans le cadre de cette opération d’indemnisation, le FNDRA  a également validé 348 dossiers correspondant à l’acquisition de 12 120 plants d’oliviers au profit des sinistrés. La DSA a, par ailleurs, estimé à 18 281ha les vergers produisant l’huile d’olive à Jijel.

Le rendement prévu est de 14q à l’hectare, après avoir été de 38 quintaux à l’hectare la saison passée. La production prévue en huile d’olive pour la saison en cours est de 5 millions de litres, alors qu’elle avait atteint l’an dernier 13 millions de litres. Perturbée par les intempéries, la récolte des olives a atteint 30%, selon des estimations de la DSA.

 


Amor z.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER