Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Reportage

Reportage

Une journée à « Dounia Parc »

"Dounia Parc". Photo prise par Imène AMOKRANE

« Dounia Parc » est ouvert au public depuis plusieurs mois déjà, mais vraisemblablement peu le savent. Il s’avère que ce ne sont que les riverains qui en « profitent » surtout les week-ends. Notre journaliste est allée voir de plus près ce qui se passe. 

Il est 09h30. Sous un soleil de plomb, plusieurs personnes se sont réunies au Parc Dounia des Grands-Vents à Alger pour participer au « Pink Challenge », dans le cadre d’ « octobre rose », un mois consacré à la sensibilisation au dépistage du cancer du sein. Cette initiative a été organisée, ce jour là, un vendredi, par le groupe bénévole « Ness El Khir Algérie », et il y avait au menu : une course d'environ 3km, plantation d'arbres, don de sang, concours de gâteaux, avec aussi la présence de clowns pour les enfants. Plus de 193 coureurs, dont la majorité était des jeunes filles, étaient sur la ligne de départ. Néanmoins, le parc n’était pas, ce jour là, uniquement « dédié » à ces activités. D’autres personnes ont profité de cette belle journée pour explorer l’espace. « Je ne connaissais pas cet endroit, et aujourd’hui je suis venue pour le « Pink Challenge », cependant j’aimerais y retourner pour un pique-nique avec des amis », indique Sabrina, une habituée des courses rencontrée sur les lieux.

La jeune demoiselle n’est pas la seule à ne pas savoir que « Dounia Parc » était ouvert depuis plusieurs mois. Pourtant cette partie du terrain dédiée, soit 450 hectares sur près de 50 % de la superficie globale de l’espace, a été inaugurée le 18 mai 2013 par le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville de l’époque, Amara Benyounès (actuellement ministre du commerce). A son ouverture, le lieu ne comprenait aucune infrastructure outre les éoliennes et les panneaux solaires, des jardins, et un immeuble en verre, bâtit sur une colline. Cette construction est, selon les agents de sécurité rencontrés sur place, la future direction du parc « c’est fermé car ils ne se sont pas entendus encore. Actuellement notre direction se trouve à Dely Brahim ». Il y a à peu près six mois, des bancs ont été installés, et des balançoires et autres airs de jeux ont été mises en place.

La superficie globale de « Dounia Parc » est de 1059 hectares situés sur le territoire de cinq communes : Dely Brahim, Ouled Fayet, El Achour, Draria et Baba Hassen. Sur cette superficie globale, 450 hectares ont été « aménagés » et ouverts au grand public. Les autres infrastructures seront ouvertes «d'ici cinq à six mois», selon Amara Benyounès.
 

18 mois sont passés et pratiquement rien n’a changé. Lors de l’inauguration le ministre  avait promis le renforcement de l’espace par un projet d'Emirati International Investment Company (EIIC) de 170 hectares. Il avait même déclaré que le projet était « à l'étude et les travaux seront lancés d'ici quelques mois».

Questionné sur le sujet d’ouverture de l’espace, un homme, se présentant en tant que chef de sécurité, affirme que « Dounia parc » est ouvert au grand public depuis belle lurette « il n’a jamais été fermé ». C’est d’ailleurs ce qu’a confirmé Nawel, étudiante, « j’habite à Dely Brahim, et je viens pratiquement chaque semaine pour faire du sport. C’est sécurisé et surtout calme». En plus, « c’est rare où le parc accueille du monde, c’est généralement les habitants de Dely Brahim et ses environs qui y viennent. Enmême temps je les comprends, c’est désert, je ne vois pas pourquoi ils vont se fatiguer à parcourir des kilomètres pour se retrouver dans ce champ vide», poursuit l’étudiante. L’absence des infrastructures se fait remarquer également par la détérioration d’une éolienne, faute de trouver un défouloir peut-être.

I.A

@ImeneAmokrane

Publié dans : Alger,dounia parc

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER