Scroll To Top
FLASH
  • Elections locales 2017 : annonce des résultats vendredi à partir de 15 heures
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Rétrospective 2015

Demande d’audience des “19-4” au président de la république

Une démarche qui brouille les cartes

Des personnalités, pourtant proches de Bouteflika, ont demandé audience au chef de l’État, le 1er novembre dernier. ©Ryad Kramdi/Liberté

Initiée par des personnalités revendiquant leur amitié au président Bouteflika, cette démarche inattendue porte le fer au cœur même du pouvoir.

C’est décidément l’un des évènements marquants et les plus inattendus de l’année 2015. Le 1er novembre dernier, 19 personnalités connues pour êtres proches du président de la République, lui écrivent pour demander audience. Des moudjahidine, à l’exemple de Lakhdar Bouragaâ et Zohra Drif Bitat, mais aussi l’ancienne ministre de la Culture Khalida Toumi et l’actuel SG du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, saisissent, contre toute attente, Abdelaziz Bouteflika pour l’alerter sur de graves décisions “antinationales” prises au sommet de l’État et qui ne lui ressembleraient pas. N’ayant pas obtenu de réponse, ces personnalités organisent une conférence de presse une semaine après pour rendre leur démarche publique. Ils veulent rencontrer le président pour savoir s’il est au courant de certaines décisions jugées hautement dangereuses pour l’avenir de la Nation. C’est alors la naissance du groupe appelé communément “les 19”. La démarche a fait mal à l’entourage présidentiel. Suivra un déluge d’attaques aussi violentes que démesurées du cercle proche d’Abdelaziz Bouteflika. Le SG du Front de libération nationale (FLN), Amar Saâdani, fut le premier à monter au front. Il s’attaquera particulièrement à Louisa Hanoune, usant de propos à la limite de l’insulte. Le SG du rassemblement démocratique algérien et néanmoins directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, prendra également sur lui de donner publiquement une fin de non recevoir à la demande d’audience des “19”. Le Premier ministre Abdelamalek Sellal ne manquera pas lui aussi de répondre par la négative à la requête de Zohra Drif-Bitat et ses camarades. Le groupe des “19” réplique aussitôt et accuse le cercle présidentiel d’accaparer la parole et les prérogatives présidentielles. “Cela apporte de l’eau à notre moulin lorsque nous écrivons que le président n’était pas au courant de tout ce qui se passe dans le pays…”, a réagi le groupe dans un premier temps. Mais comme aucune réponse n’a été, entre temps, donnée par Abdelaziz Bouteflika, les “19” en conclurent que la lettre n’était pas parvenue au président de la République. Certains d’entre eux, à l’exemple du moudjahed Lakhdar Bouragaâ, iront jusqu’à en déduire que le président est pris en otage par son entourage. Les “19” sont allés trop loin cette fois-ci, et des pressions commencent à être exercées sur les membres les plus vulnérables du groupe. Trois défections puis une quatrième. Les 19 sont réduits à 15 mais ne lâchent pas pour autant prise. Bien au contraire, ils montent la pression d’un cran et dénoncent des “pressions intolérables et inhumaines”. Le désormais groupe des “19-4” affirme être au fait de choses très graves, et explique que c’est justement ces informations qu’il détient qui font paniquer ceux qui s’acharnent sur leur démarche!

M. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER