Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Rétrospective 2016

Donald Trump président des États-Unis

La plus grosse erreur des sondages d’opinion

La victoire choc de Donald Trump face à la favorite démocrate Hillary Clinton à la présidentielle américaine a fait un autre grand perdant. Il s’agit des sondages d’opinions, qui se sont tous trompés dans leurs prévisions. Sur les 20 plus grands organismes de sondages des États-Unis, dont les puissantes chaînes de télévision, les journaux et agences de presse qui avaient mené plus de 80 enquêtes depuis la mi-septembre, seul un, le journal Los Angeles Times associé à USC Tracking, a invariablement donné l'avantage à Donald Trump. Au matin de l'élection du 8 novembre, la moyenne des sondages du site “RealClearPolitics”, qui fait référence aux États-Unis, donnait 3,3 points d'avance à Hillary Clinton à l'échelle nationale. Quelques heures plus tard, le choc assommait des sondeurs contrits. La plupart des sondeurs composent leurs échantillons en se basant sur l'électorat tel qu'il apparaissait lors des précédentes élections, explique-il. Une technique qui explique leur erreur cette fois, puisque les enquêtes ont tout simplement sous-estimé le nombre d'électeurs cachés de Donald Trump. Ceci dit, l’élection du républicain populiste Donald Trump a provoqué un séisme politique aux États-Unis et dans le monde dans une incertitude vertigineuse. Les marchés avaient dévissé avant même l'annonce de sa victoire, scellée à l'issue d'une soirée électorale déjouant tous les sondages. La possibilité d'une présidence Trump a violemment secoué les marchés. Le dollar a chuté alors que les investisseurs se précipitaient sur les valeurs refuges comme l'or et les marchés obligataires. L'homme d'affaires, en qui personne ne croyait lorsqu'il a lancé sa candidature en juin 2015, n'a jamais occupé le moindre mandat électif. Et pourtant, il a déjoué tous les pronostics.         


R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER