Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Rétrospective 2016

Brexit

Les Britanniques quittent l’UE

 À près de 52%, les Britanniques ont décidé de vivre leur destin hors de l’Union européenne, semant la panique sur les marchés et l’inquiétude chez les politiques européens. Le 24 juin 2016, les Britanniques ont voté à 51,9% pour que leur pays quitte l’Union européenne, qu’ils avaient rejointe en 1973. Les résultats du référendum montrent un Royaume-Uni profondément divisé, avec Londres, l’Écosse et l’Irlande du Nord qui ont voté pour rester dans l’UE, tandis que le nord de l’Angleterre et le Pays de Galles ont voté pour la sortie. Pour les 28, c’est un choc. Jamais un membre de l’Union ne l’a quittée depuis sa création. Le Royaume-Uni s'apprête donc à quitter l'Union européenne. C’est un processus qui pourrait durer encore deux ans, le temps de négocier de nouveaux accords avec l'UE. L’article 50 du traité sur l'Union européenne (TUE) prévoit l'hypothèse d'une sortie d'un État membre de l'Union européenne. L'État qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. L'Union négocie alors avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, que le Conseil conclut ensuite à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen. Le 2 octobre 2016, Theresa May a annoncé que le Royaume-Uni activerait l'article 50 d'ici à la fin mars 2017, qui marquera le point de départ des négociations conduisant à la sortie du pays de l’UE. Près d'un mois plus tard, le 3 novembre, la Haute Cour de justice britannique a déclaré inconstitutionnelle toute utilisation directe de l'article 50 par le gouvernement sans un vote préalable du parlement britannique. Le gouvernement britannique doit faire appel de ce jugement. C’est dire que le processus de sortie de la Grande-Bretagne de l’UE risque de durer dans le temps.    

                                                                    
R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER