A la une / Soleil HEC/Réd-Num-"Liberté"

#LibertéVENDREDI

Ramadan : mois des achats impulsifs et des consommations compulsives !

©D.R.

Mois de ramadan ; mois sacré du jeûne et du pardon mais aussi le mois où un certain type de surconsommation abusive bat son plein.

Le consommateur algérien pendant le mois sacré, un peu comme s’il était sous l’effet d’une drogue, ne contrôle que peu ou pas sa consommation.

Qu’il s’agisse de boissons, pains ou pâtisseries, ce sont les produits qui contrôlent le consommateur et non l’inverse.

La consommation, en produits alimentaires, augmente vertigineusement, au cours du mois saint.
Cette hausse concerne le plus souvent une multitude de produits de grande consommation.

Influencé quotidiennement par la publicité qui tourne en boucle sur nos écrans, l’Algérien achète parce qu’il ne peut pas résister à la faim, c’est une façon pour lui de passer le temps ou de se rassasier avant que le temps de rompre le jeûne arrive.

Cette consommation compulsive les pousse à des actes d’achat répétitifs, souvent excessifs, comme antidote à la tentation, prenant l’exemple du pain ou des boissons qui deviennent le péché mignon de ce dernier.

Emportés par des désirs illimités, les actes d’achat deviennent impulsifs, et les dépenses quant à elles, se voient doublées ou même triplées, des familles vont même jusqu’au surendettement pour satisfaire leurs estomacs.

Un phénomène qui se définit essentiellement non par la quantité d’achat mais par le déséquilibre émotif associé à l’acte d’achat pendant ce mois sacré, ce qui engendre malheureusement un autre phénomène qui suscite énormément de questions: ‘le gaspillage’.

Islem YAT
 

(Soleil(HEC)/Rédaction Numérique de "Liberté")