Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Soleil HEC/Réd-Num-"Liberté"

#LibertéVENDREDI

Six raisons pour lesquelles je ne m’intéresse pas à l’actualité

©D.R.

L’actualité se propage à vitesse grand V et elle demeure fascinante sous tous ses aspects, car on se donne à cœur joie de découvrir ce qui se passe à travers le monde. Se tenir informé c’est être à jour et c’est primordial pour débattre sur l’actualité et donner ses opinions. Pourtant, certaines personnes ne semblent pas s’y intéresser, et il existe plusieurs raisons à cela.

1 - Le Clickbait

L’introduction d’un article doit impérativement saisir l’intérêt du lecteur, c’est une règle d’or du journalisme.  Si vous ne pouvez pas retenir l'attention d'une personne le temps de lire une phrase, vous n'avez aucun espoir de les faire consulter l’intégralité d’un article. Il en va de même pour les titres. Parfois choquants, très aguicheurs ou même  intrigants, présentés sous forme de questions existentielles ou de slogans inspirants. Bref, rien de mieux pour éveiller la curiosité des gens.

On lit tous des articles sur la toile auxquels on a accès la plupart du temps grâce aux réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter, et à l’ère numérique, un nouveau mot est devenu synonyme de journalisme en ligne : Le clickbait.  Pour faire simple, c’est un titre qui incite le lecteur à cliquer sur le lien qui le redirigera vers l’article dont il est question (comme l’article que vous êtes entrain de lire par exemple). Les éditeurs utilisent cette technique pour des raisons économiques simples : Plus vous obtenez de clics, plus il y a de personnes sur votre site et donc plus vous pouvez facturer de publicité. Et bien que certains sites n’emploient pas nécessairement cette technique pour de mauvaises intentions et qu’au final le texte est satisfaisant, il ne faut pas nier le fait que parfois, en cliquant sur un contenu censé « surprendre » on se retrouve face à un article totalement médiocre et décevant par rapport à ce que le titre indiquait. Il est également possible de présenter des images attirantes, de flouter une photo ou de ne pas la présenter entièrement pour donner envie de savoir ce qui s’y cache derrière. Voici quelques exemples :

  • Top 5 de choses à faire avant de mourir.
  • Vous ne devinerez jamais ce qui est à arrivé à…
  • La suite va vous IMPRESSIONER.
  • Vidéo choquante de…

Ou sinon, "mettre le paquet" dans le titre même si ça enlève toute envie de lire la suite pourvu que ce soit partagé :

  • 20 choses à savoir ABSOLUMENT si vous voulez gagner plus d’argent,
  • seuls les courageux peuvent le faire,
  • la 5ème va vous épater,
  • ne cliquez pas si vous n’êtes pas prêt à devenir riche.

Bon, s’il y a réellement de vrais conseils, ça peut toujours aider, mais dans la plupart des cas, ce n’est que de la poudre aux yeux. Il n’est pas toujours facile de distinguer ce qui vaut la peine d’être lu. Ainsi, pour éviter de tomber dans le piège tendu par ces titres trompeurs, beaucoup de gens préfèrent ignorer ce type de publications ou carrément se désabonner des pages qui proposent ces contenus là. 

2 - L’actualité est parfois… débile

Qui n’aime pas regarder des photos de chats tout mignons !

Peut être par manque d’inspiration, de pénurie d’actualités importantes, ou simplement dans le but de divertir d’une manière mal perçue, on en trouve plein des articles plus saugrenus les uns que les autres. Dernièrement, on a remarqué que l'histoire d'un jeune américain qui aurait épousé une oranaise avait inondé les fils d'actualité comme si que cette nouvelle était cruciale pour le peuple algérien. Et puis même, rien qu’en effectuant une  recherche Google on tombe sur des trucs improbables, en  particulier si on associe des futilités avec du clickbait, le combo parfait pour servir une actualité sans importance.

Attention, ne voyagez plus. 

Et puis, parfois, ça dépasse toutes les limites imaginables :

Parfois c’est satirique, ou juste dans le but de faire rire mais sinon c’est juste du grand « n’importe quoi ». Le problème, c’est qu’on est curieux, mais le résultat reste le même. On finit tous par se demander pourquoi on est entrain de lire ou de regarder cette… chose.

 

3 - La propagande

Les gens se désintéressent vite de la presse lorsqu’elle emploie une propagande flagrante, et elle devient automatiquement une source peu fiable car un journaliste est censé être défenseur de la paix et de la liberté d’expression et non pas un "pantin" dont les propos sont contrôlés par un pouvoir dissimulé dans le seul but de manipuler et d’influencer négativement l’opinion publique que ce soit d’un point de vu religieux, politique ou économique. Et ce, en employant une censure exagérée concernant des sujets devant pourtant être abordés, en désignant des bouc émissaires, ou encore en usant d’un pouvoir de persuasion excessif en diffusant des images truquées et de fausses informations. Cela peut rendre acceptable des idées qui ne le sont pas en réalité, et c’est d’ailleurs avec de la propagande que le mouvement nazi a vu son apogée à une époque, un bourrage de crâne appuyé de solides arguments suffit à transformer un petit agneau innocent en un extrémiste dangereux.

Cela permet par la même occasion d’opprimer les oppressés en défendant les oppresseurs, c’est le principe même de la propagande de guerre, certains journalistes font passer les victimes pour responsables de ce qui leur arrive en prétendant que «  nous ne faisons pas la guerre, on se défend »  ou encore «notre cause est noble » et les médias exposent des situations parfois contradictoires ce qui fait régner le doute et on ne sait même plus différencier le côté qui défend la vérité de celui qui a tort et qui tente de nous berner.

4 - Qui dit actualité, dit mauvaises nouvelles

C’est devenu banal de tomber sur des articles qui parlent de morts, de viols, de kidnapping d’enfants, d’accidents en tout genre que ce soit à côté de chez nous ou ailleurs sans oublier les guerres qui font rage dans le monde. Il y aura toujours au moins une histoire triste racontée chaque jour.

On se connecte et on trouve que ça ne parle que de hausse des prix dus à la nouvelle loi de finances.

 

 

 

Engendrant par la suite des manifestations transformées aussitôt en émeutes. Trop d’ondes négatives qui plombent le moral des gens, autant se déconnecter.

 

5 - Facebook s’occupe de tout

Certaines personnes se contentent de suivre l’actualité sur les réseaux sociaux sans se donner la peine de visiter les pages web des différents journaux.  Pourquoi ? Parce que si un événement est de la plus grande importance, il fera inévitablement le buzz, et l’information se verra partagée en un rien de temps partout sur Facebook. Exemple de l’assassinat de l’ambassadeur russe en Turquie. Il n’a fallu que quelques minutes pour que ce soit diffusé sur toutes les pages communautaires mais aussi dans la plupart des murs de nos amis. Pourquoi aller chercher plus loin en quête d’actualité ? L’actualité vient elle-même à nous. Et qui ne possède pas de compte Facebook ? Tout le monde est au courant !

6 - Un article trop rigide

Ce n’est pas en présentant une grande quantité d’informations que le lecteur se laissera séduire par un article. Un texte bourré de termes économiques, par exemple, sera difficilement déchiffré de la part d’une personne ne disposant pas de connaissances de bases dans le domaine. Ce qui fait qu’un article médical n’intéressera que le médecin. L’article traitant un thème sur l’informatique sera compris uniquement par l’informaticien ou l’ingénieur. Et donc, pour toucher un public plus large, il faut créer l’illusion qu’un sujet qui ne nous concerne pas peut devenir intéressant, permettant ainsi les non experts en la matière de mieux comprendre et de faciliter l’accès à une culture avec laquelle ils ne sont pas familiers, c’est ce dont manque certains articles : de plus de vulgarisation. Mais encore, il ne suffit pas de présenter des faits, un texte bien écrit est beaucoup plus attrayant, en enjolivant ses mots on redonne de la fluidité à sa rédaction, une bonne plume n’est pas obligatoire mais c’est plus agréable de se plonger dans une lecture envoûtante de par son contenu bien rédigé plutôt que de lire une succession de phrases tout à fait banales. Même un thème ordinaire, pour ne pas dire ennuyeux, peut être présenté de manière originale.

Enfin, ce ne sont que des excuses. Il faut seulement veiller à bien choisir ses sources d’informations pour ne pas s’induire en erreur ou perdre son temps, et se focaliser sur des contenus de qualité, pas forcément des articles « sérieux » qui traitent de politique ou d’économie car on peut très bien suivre l’actualité pour se divertir du moment que ça reste pertinent. Et puis, il faut se donner la peine de chercher pour enrichir sa culture générale ne serait-ce que pour bien tenir une conversation et éveiller son sens de la réflexion. 

Rania CHAIB

(Soleil HEC/Rédaction Numérique de "Liberté")

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER