Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Soleil HEC/Réd-Num-"Liberté"

#LibertéVENDREDI

Sport : Rétro-Résolutions

©D.R.

L’année 2016 a été riche en événements sportifs de haut niveau ; jeux olympiques, championnat d’Afrique ou championnat du monde.

Des compétitions auxquelles les athlètes algériens ont pris part avec l’objectif de représenter dignement le pays à défaut de réaliser des exploits, sauf que ces derniers se sont contentés de faire de la figuration en  actes de présence.

Des disciplines ont confirmé leur régression, la triste réalité du niveau international les a rattrapées.

Le sport algérien a touché le fond ou presque, notamment au handball, dont le niveau n’a jamais été aussi faible et les résultats absents. 

Lors du dernier championnat d’Afrique féminin disputée le mois dernier au Luanda en Angola, l’équipe algérienne s’est vu attribuer la dernière place du classement.
Un résultat indigne et honteux pour le deuxième sport national après le football, une discipline considérée comme une valeur sûre chez nous.

De même pour les hommes, classés quatrième au Caire (Egypte), une place synonyme de non-qualification au championnat du monde 2017.

Rétro sur les JO de Rio où seul Mekhloufi a honoré son pays et remporté deux médailles d’argent dans les 800 et 1500 mètres.

Les autres athlètes n’ont visiblement pas le niveau pour rivaliser avec l’élite mondiale, sauf  Larbi Bouraâda qui a gagné le cœur des Algériens au décathlon notamment grâce à sa compétitivité sa rage de vaincre et sa jolie quatrième place.
Le judo quant à lui à vu son pire niveau cette année, zéro médaille et aucune demi-finale pour l’Algérie alors qu’on s’était habitué à des jours plus cléments à l’époque de Salima Souakri, Amar benyakhlef ou encore Soraya Haddad.

Notre sport algérien se voit malheureusement attribuer les mauvaises personnes, des hommes incompétents  installés au niveau des Fédérations, chose qui reste paradoxale et contradictoire avec le potentiel de notre jeunesse si ambitieuse de réussir une carrière.

Pour cette nouvelle année, notre résolution sportive est de voir notre Algérie représenté, notre drapeau flotté et notre hymne chanté. Ces exploits sportifs ne se feront que par : le travail, le sérieux et la persévérance.

À commencer par mettre la bonne personne au bon endroit, loin de la corruption et des intérêts personnels pour espérer recréer une dynamique cassée par la défaite.
On ne peut que souhaiter à notre sport Algérien le meilleur des résultats pour cette année 2017,  mais comme on dit qui sème le vent … 

Islem YAT
(Soleil HEC/Rédaction Numérique de "Liberté")

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER