Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Sport / Actualités

Le portier de l’US Biskra, Gaha, contrôlé positif

Le fléau du dopage refait surface

© D. R.

Décidément, l’on croyait que le fléau du dopage a été éradiqué du football national. Il n’en est rien.

L’année 2018 restera une tache noire dans le football algérien, pour diverses raisons. Au-delà des problèmes rencontrés par les clubs, l’arbitrage et surtout le phénomène de la violence qui continue de sévir, voilà que le dopage dans le milieu footballistique refait surface. En effet, le portier de l’US Biskra, sociétaire de la Ligue 2, Gaha Walid, a été contrôlé positif aux tests de dopage effectués lors de la rencontre ayant mis aux prises l’US Biskra avec le RC Relizane. Le joueur en question a été convoqué par la commission de discipline de la LFP pour la séance de lundi prochain avant de prononcer la sanction. C’est ce qu’a annoncé la Ligue de football professionnel (LFP) jeudi soir via son site officiel.
“La commission de discipline de la LFP a convoqué le joueur Gaha Walid (US Biskra) pour une audition le 10 décembre. Ce joueur a été contrôlé positif par la sous-commission fédérale antidopage lors de la rencontre RC Relizane - US Biskra de la 13e journée du championnat de Ligue 2 au stade de Relizane. Dans l’attente d’une sanction définitive, la commission de discipline a prononcé une suspension provisoire”, a annoncé la LFP dans un communiqué.
Il faut savoir que ce n’est pas la première fois que ce genre de scandales éclate dans le championnat national. L’année 2015 est sans doute la plus marquée par des cas de dopage. Jamais auparavant le championnat national n’avait suscité autant de polémique sur des cas aussi gravissimes. Cette saison avait été exceptionnelle. Plusieurs cas de dopage avaient été découverts dans notre championnat national. À commencer par le sociétaire de l’USM Alger, Youcef Belaïli. Ce dernier a été contrôlé positif par la CAF lors d’un contrôle antidopage effectué lors du match MCEE-USMA du 7 août 2015, comptant pour la Ligue des champions d’Afrique 2015. Il a été par la suite suspendu deux ans par la CAF avant que la FIFA ne le porte à quatre ans pour toutes les compétitions nationales et internationales.
Le sociétaire du RCA, Boussaïd, a subi la même sentence, lui qui a été contrôlé positif à une substance interdite. Kheireddine Merzougui, l’attaquant du MCA, a été également sanctionné, sauf que celui-ci a été contrôlé positif à la méthylhexanéamine. En effet, l’ex-joueur du MCA, expliquant son contrôle positif par un excès de vitamines, a évoqué devant les membres de la commission une séance de musculation qu’il avait effectuée dans une salle de sports à Aïn Defla, sa ville d’origine, au cours de laquelle un ami lui a conseillé de prendre des vitamines pour se débarrasser d’une certaine fatigue.
Or la consommation de ce genre de produits, inscrits noir sur blanc sur la liste des produits prohibés par la FIFA, pendant la compétition, pour un joueur professionnel, correspond à une faute grave. Deux joueurs de Skikda (Ligue 2) Noufel Ghassiri et Hocine Amrous ont été également suspendus pour 4 ans pour cause de dopage. Ce qui fait un total de 5 joueurs contrôlés positif lors de cet exercice, le point noir de la saison. À noter que le contrôle antidopage a touché 1360 footballeurs lors de la saison 2015-2016. Il est utile de rappeler que  le contrôle antidopage a démarré tard dans le championnat national, puisque cette opération a repris il y a quelques semaines seulement, dans la mesure où, depuis le début de la saison 2017-2018, il y a eu disparition des contrôles antidopage à l’issue des rencontres des championnats de football des Ligues 1 et 2 ainsi que des ligues amateurs.
Pourtant, depuis quelques années, la FAF avait instauré ces contrôles systématiques afin de parer au danger de ce fléau qui a envahi le football algérien.
La FAF a décidé récemment de reprendre cette opération qui a débouché sur le contrôle d’un joueur. Et l’on se demande si la FAF avait réactivé les opérations avant, qu’est-ce ça aurait donné comme cas positifs.
Il y a quelques jours seulement, la commission médicale de la Fédération algérienne de football a procédé au contrôle inopiné des joueurs lors des entraînements de leurs clubs. Il s’agit de l’O Médéa, l’USMM Hadjout, le RC Arba, le DRB Tadjenanet et le CR Belouizdad.


Nazim T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER