Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Sport / Sports

Après sa nomination à la tête des verts

Belmadi à l’épreuve du terrain

© D. R.

Le coach national a du pain sur la planche, lui qui doit faire face au facteur temps qui n’est pas en sa faveur.

Il semble que les responsables de la Fédération algérienne de football veulent continuer à fonctionner en amateurs. Une année et demie depuis son intronisation, le président de la FAF, Kheïredine Zetchi, patine et n’arrive pas à mettre l’instance sur de bons rails. La nomination de Djamel Belmadi à la tête de la sélection nationale aurait pu se faire il y a de nombreux mois. En effet, lors de la conférence de presse, l’ancien numéro 10 des Verts avait révélé qu’il y avait eu “un demi-contact” au mois d’octobre dernier, soit avant la désignation de Rabah Madjer en tant que remplaçant de Lucas Alcaraz. 10 mois de perdus pour le nouveau coach qui aurait, au moins, pu trouver la faille au sein du groupe des Verts, surtout que le programme lui permettait de disputer plusieurs rencontres amicales. Désormais, Belmadi débutera sa mission par un match officiel, puisque l’équipe nationale affrontera la Gambie début septembre à Bangui. Maintenant, il faut faire avec et la présentation officielle de Belmadi aux médias, samedi dernier, devait constituer le vrai départ d’une nouvelle ère pour la sélection. Sans vraiment l’annoncer de manière officielle, le coach aurait déjà choisi la domiciliation de la sélection. Il aurait opté pour le stade Mustapha-Tchaker de Blida, et il a même effectué une visite d’inspection de l’enceinte sportive où il a demandé aux responsables de remettre en état la pelouse. Cependant, concernant la liste des joueurs convoqués pour le stage du 3 au 6 septembre en prévision du match face à la Gambie, comptant pour la 2e journée du groupe D des éliminatoires de la CAN-2019, elle n’a pas été rendue publique par Djamel Belmadi, alors qu’il avait annoncé qu’elle devait être dévoilée le lendemain de la conférence de presse. Ce retard de 5 jours a donné lieu à de nombreuses spéculations, et certaines langues mal intentionnées ont lancé des rumeurs relatives à un désaccord entre le sélectionneur et les responsables de la FAF concernant la liste des joueurs. On a même indiqué qu’on a voulu imposer des noms et que le coach des Verts aurait refusés. Une chose est sûre, Belmadi n’aurait pas dû fixer de date pour l’annonce de la liste des joueurs, car tout retard engendre une polémique. À propos de cette fameuse liste, le sélectionneur national a décidé de ratisser large et de convoquer les “bannis”, à l’image de M’bolhi (Al-Ettifaq), Feghouli (Galatasaray), Taïder (Impact Montréal), Ounas (Napoli), Boudebouz (Betis Seville)… entre autres. En revanche, le défenseur franco-algérien du Spartak Moscou, Samuel Gigot, devra patienter avant de pouvoir enfiler le maillot des Verts. Il semblerait que les démarches administratives pour sa qualification avec l’Algérie devraient prendre du temps. Même si le nouveau sélectionneur a gagné une première bataille devant les médias, celle de la communication devant laquelle nombre de ses prédécesseurs se sont cassé les dents, il lui reste à gagner celle que tous les Algériens attendent, celle d’une EN respectée et respectable.


Malik A.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER