Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Sport / Sports

Confondu avec un narcotrafiquant

Bentiba, victime malgré lui

© D.R.

Pour tous ceux qui connaissant Mohamed Bentiba, dit Zenati, le choc a été
à la mesure de l’effet d’annonce. Placé mardi dernier sous mandat de dépôt à la suite d’une sombre affaire de trafic de drogue qui n’a pas encore livré tous ses secrets, le milieu de terrain offensif, signataire à l’USMA puis au MOB au cours de la saison qui vient de s’écouler, tient, en effet, le haut du pavé de l’actualité sportive et extrasportive à Oran. Victime bien malgré lui, Mohamed Bentiba paye, en fait, une certaine innocence, voire naïveté, dans ses relations avec le milieu (pourri) du foot. “C’est un revendeur qui a balancé son nom. Alors qu’il a été arrêté en possession de trois kilogrammes de cocaïne, ce dealer a lâché aux enquêteurs de la police judiciaire les noms de quelques-uns de ses relais dans sa vente au détail. Il a également déclaré que Bentiba était un de ses clients et amis. Or, ce qui avait fait que les deux hommes se connaissaient est une affaire commerciale d’un tout autre genre. Bentiba devait lui vendre sa voiture. C’est pour cette raison que les enquêteurs ont trouvé des appels et messages sur son téléphone provenant dudit trafiquant. Ce dernier a, tout simplement, voulu le faire plonger, allant même jusqu’à affirmer que le joueur lui devait 200 millions de centimes, ce qui est évidemment faux’’, révélera à Liberté une source proche de l’enquête. Et de préciser : “Ce qui a plaidé, en revanche, en défaveur de Zenati est le fait qu’il avait dans son téléphone une vidéo montrant des jeunes consommer de la cocaïne. Je ne sais, toutefois, pas si c’est juste un clip de rap comme on en voit à la télévision ou des images réelles. C’est pour ce simple délit qu’il a été placé en détention provisoire. Vu son innocence et son casier vierge de toute infraction, il devrait, toutefois, bénéficier de la liberté conditionnelle en attendant de comparaître, de nouveau, devant le juge.” Plus que son image de marque écornée par la faute de ce genre de fréquentations, Mohamed Bentiba a, aussi et surtout, vu nombre de contacts avec des clubs de Ligue 1 et 2 s’interrompre brusquement en raison de cette sombre affaire qui, rappelle-t-on, n’a pas encore livré tous ses secrets.
 

Rachid BELARBI

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER