Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Sport / Sports

Entre son expérience en 2006 et la Can-2019

Cavalli : “L’Algérie restera toujours un mystère…’’

Dans une longue interview accordée au magazine mensuel Onze Mondial trustée d’anecdotes croustillantes comme ce regret encore non consumé de ne pas avoir répondu favorablement à la sollicitation de l’Español Barcelone ou encore ses pourparlers avancés avec le Cameroun et la Tunisie, l’entraîneur français Jean-Michel Cavalli n’en continue pas moins de penser que “l’Algérie restera toujours un mystère !’’.

“C'est resté un mystère pour moi, parce qu'il y avait aussi la qualité des joueurs sur le terrain. En 2006-2007, d'accord, on ne savait pas où l'on allait s'entraîner. On partait à droite, à gauche. Pour affronter la Guinée, nous étions partis en avion militaire. On a dû changer deux fois d'aéroport. Après 5 heures de vol, on pensait être arrivés et on s'est retrouvés à Tindouf, dans le sud du désert. Les conditions n'étaient pas les meilleures, mais après cela, l'équipe a été mise dans des conditions exceptionnelles. Donc tout cela est resté un mystère. Est-ce que Belmadi, qui a été international, qui entraîne depuis pas mal d'années maintenant, sera le meilleur relais, parce qu'il aura cette connaissance du terrain et du pays, et en même temps des joueurs ? C'est peut-être ça qui manquait.
On aura la réponse à la fin de la CAN’’, soulignera, ainsi, avec son franc parler habituel le technicien corse, resté, cependant, attaché au football DZ. “L’Algérie restera quand même un moment très important pour moi. Il est évident que quand on a coaché une équipe qui était 123e au classement FIFA, et qui s'est retrouvée qualifiée pour la Coupe du monde deux ans et demi plus tard, vous restez fidèle. En même temps... j'ai de l'affection pour l'Afrique parce que j'ai grandi au Sénégal, au Cameroun, en Côte d'Ivoire, parce que mon père était un colon, il travaillait en Afrique. J'ai même été à l'école là-bas. Je ne suis pas dépaysé’’, dira Jean-Michel Cavalli, pour lequel, ‘’plusieurs sélections sont capables d'aller au bout’’ lors de l’imminente CAN. “Il y a le Sénégal qui confirme je pense, il y a la Côte d'Ivoire qui restera toujours la Côte d'Ivoire, et il y le Burkina Faso qui, pour moi, est une nation qui couve toujours, qui n'a jamais eu cette réussite mais qui l'aura un jour. C'est une équipe qui peut véritablement surprendre à un moment donné. Après vous avez le Maroc, bien entendu, la Tunisie, ce sont des équipes qui auront leur mot à dire. Attention aussi à l'Afrique du Sud. Le point d'interrogation, c'est le Mali.

L'Algérie ? Je ne comprends pas. Après mon passage en 2006-2007, vu la progression qui a été celle de l'Algérie, la suite qu'a pris le président Raouraoua qui avait fait un très bon travail, parce qu'il a mis cette équipe nationale dans les meilleures conditions, d'abord d'infrastructures : il a fait construire un camp d'entraînement magnifique, digne de ce nom. Il a amélioré les conditions financières et de voyage. Lui aussi est un grand monsieur. Et je n'ai jamais compris comment l'Algérie, depuis 2007, n'a jamais gagné un titre. Ça reste un mystère !’’ glissera le désormais ex-entraîneur du Mouloudia d’Oran.
 

Rachid BELARBI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER