Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Sport / Sports

L’Europe et les USA en exemples

Et si les pouvoirs publics réautorisaient les entraînements ?


Le prolongement du confinement pour une nouvelle quinzaine — avec durée indéterminée en option — pose avec acuité la problématique de ce qu’adviendra de la performance sportive à court terme. Notamment en ces temps de fermeture de tous les espaces d’entraînement et d’interdiction de toute session de travail collectif. Mettre de cette façon mal calculée un athlète de haut niveau en hibernation pour plus de quatre mois ne présente-t-il pas, en effet, des risques sur son intégrité physique ? Ne le met-il pas en danger, car en somnolence prolongée avant un éventuel choc d’une reprise qui risque de condenser les calendriers ? N’est-il pas temps, désormais, de songer à une réouverture étudiée et intelligente des aires de jeux et d’entraînement afin de permettre justement à cette élite de programmer un retour “à la normale” en douceur ? 

Autant de questions qui auraient dû interpeller les décisionnaires du ministère de la Jeunesse et des Sports et les inciter à plancher sur la situation du sport d’élite. Car, si la fermeture des portes des stades, complexes et salles de sport qu’entraîne cette interdiction pure et dure de la pratique de toute activité physique pendant le confinement pourrait s’appliquer sur la “masse”, sans pour autant que les conséquences soient dramatiques, l’arrêt de plus de quatre mois que sont en train de subir les professionnels du jeu impactera forcément leurs carrières à court terme. 

D’autant plus que s’il est vrai que le MJS ne fait que s’incliner devant les directives de la chefferie du gouvernement, il est tout aussi vrai qu’une initiative pareille — ou du moins une ébauche d’idées à ce propos — en direction des sportifs doublement touchés par cette pandémie de Covid-19 relève intégralement de ses prérogatives. Les Européens l’ont fait. Avec succès, avant de reprendre ensuite la compétition (à l’exception de la France). Les États-Unis le font, avec cette bulle NBA à Disney, alors que l’épidémie de coronavirus fait des ravages parmi la population US. À défaut d’innover, copier (seulement) pourrait s’avérer salvateur. Et doublement régénérateur. Sportivement parlant.  

 


Rachid BELARBI 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER