Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Sports

Antar Yahia

“Il est temps de penser à reconstruire la sélection algérienne”

L’ancien capitaine de la sélection algérienne de  football, Antar Yahia, a estimé hier qu’il était temps pour la Fédération algérienne de football (FAF) d’analyser la situation délicate dans laquelle se trouve désormais la sélection nationale et penser à la meilleure manière à même de favoriser une reconstruction sur des bases solides du team algérien en vue des prochaines échéances. Antar Yahia s’exprimait au micro de beIN Sport pour laquelle il a commenté le match de la sélection algérienne. “C’est une grosse déception que l’on ressent après ce match. Je crois que le moment est venu pour que la FAF analyse la situation en ayant la tête  froide et en mettant de côté toutes les émotions. Il faudra penser à bâtir une équipe solide, et cela passe d’abord par stabiliser l’effectif,  notamment en défense”, conseille le libéro de charme des Verts entre 2003 et 2012. “Comme notre formation est engagée également dans les éliminatoires de la Coupe d’Afrique 2019, alors qu’il lui reste aussi à livrer trois autres  rencontres pour le compte des qualifications au Mondial 2019, il faudra en profiter pour travailler la cohésion. La priorité devra être donnée, dans ce registre, au secteur défensif qui connaît des changements fréquents dans sa composante, ayant fini par lui jouer un mauvais tour”, a-t-il encore regretté. Aux yeux d’Antar Yahia, aussi, le style de jeu à adopter sur les terrains des pays subsahariens devra également être remodelé en raison des paramètres extra-sportifs y régnant. “À l’époque de l’ancien sélectionneur national, Vahid Halilhodzic par exemple, on procédait par un jeu vertical en raison des difficultés rencontrées aussi bien en matière de climat que de la qualité des pelouses sur lesquelles on évoluait”, a-t-il expliqué, faisant remarquer au passage que les camarades d’Islam Slimani ont mis beaucoup de temps pour revenir dans le match face à la Zambie, avant de s’incliner logiquement.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER