Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Sport / Sports

Taoufik Makhloufi lance un cri de détresse

“Je suis abandonné en Afrique du Sud”

© D. R.

Le champion olympique algérien Taoufik Makhloufi a lancé, hier, un cri de détresse et de désarroi par rapport à la situation dans laquelle il se trouve en Afrique du Sud, où il s’est rendu pour effectuer un stage de préparation.

Dans un tweet publié sur son compte officiel, le champion olympique crie son ras-le-bol et son désarroi. “Voilà quatre mois que je suis bloqué en Afrique du Sud, précisément  à  Johannesburg. Je  suis  abandonné (“marmi”, sic)  Mais aucune action de rapatriement n’a été effectuée pour le moment, encore moins une volonté des pouvoirs publics de le faire. Cela  démontre  que  je  n’ai  aucune  valeur  ni  d’importance  en  tant  que citoyen algérien, de  surcroît champion olympique qui a défendu dignement les couleurs nationales.

Ce sont des mots qui proviennent du fond du cœur, je n’ai fait qu’écrire ce que j’éprouve”, a-t-il écrit. Ce message  fort  est  destiné  aux  pouvoirs  publics en vue de rapatrier Taoufik Makhloufi  qui  vit  mal  sa  situation  actuelle, sachant qu’il est un  missionnaire envoyé justement par l’État  algérien  afin d’effectuer la préparation préolympique en vue des JO de Tokyo.

“Nous  sommes  arrivés  à  Johannesburg  le  17 mars  pour  un  stage  de préparation  de  cinq  semaines  qui  devait prendre fin le 20 avril, avant de rentrer en France pour prendre part éventuellement à quelques meetings en Europe avant de rallier  Tokyo pour  les  JO initialement prévus cet été, en juillet-août, mais entre-temps tout a été reporté pour l’année prochaine à cause de la Covid-19, ce qui était une bonne chose pour tout le monde, mais voilà que nous sommes bloqués en Afrique du Sud car, entre-temps, tous les vols ont été annulés”, nous avait confié Makhloufi sur ces mêmes colonnes fin avril dernier, lui qui aurait voulu rentrer au pays et passer tout au moins le mois de Ramadhan auprès de sa famille en Algérie.

“Sincèrement, j’aurais  donné  cher  pour  passer le  Ramadhan   avec  les miens, mais le destin en a décidé autrement. Je n’ai pas d’autre choix que de me faire une raison en attendant de voir le bout du tunnel”, a fait savoir notre champion  d’où  il  réside,  précisément  à  Bedfordview, une  banlieue  de Johannesburg.

Et même si le personnel de l’ambassade algérienne est aux petits soins avec le champion olympique algérien, toujours est-il que son souhait le plus cher est de rentrer au pays dans les plus brefs délais. Makhloufi n’est pas le seul à connaître cette mésaventure, puisqu’un groupe d’athlètes se trouve aussi bloqué au Kenya.

Il s’agit de dix personnes, entre encadreurs et athlètes  dont les  deux  jeunes spécialistes du 800 m, Yassine Hathat et Mohamed Belbachir. Ils ont  rallié le Kenya le 10 février et le stage devait prendre fin le 15 mars, mais voilà que le retour  en  Algérie  fut  annulé  en  l’absence  de  vols  internationaux  en provenance du Kenya. “Pourtant, notre stage de préparation s’est bien déroulé en altitude, dans la ville d’Iten où se prépare pratiquement toute l’élite mondiale de l’athlétisme.

Malheureusement,  à  notre  retour  à  Nairobi,  nous  avons  été désagréablement surpris par la fermeture  de  l’aéroport  international  de  la capitale kényane”, nous  avait  indiqué  l’entraîneur national  du  demi-fond, Amar Benida. Voilà maintenant quatre mois que Makhloufi et les autres athlètes sont bloqués en Afrique, attendant  avec  impatience un geste des autorités  algériennes pour les rapatrier.
 

Nazim T.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER