Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Sport / Sports

Idir Hadid, gardien de but à la JSK

“J’espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui”


L’histoire des grands gardiens de but qui ont marqué l’histoire de la JS Kabylie est certainement longue et fabuleuse, car les souvenirs et les envolées spectaculaires des Bellahcène, Berkani, Rezgui, Tahir, Cerbah, Harb, Amara, Hamenad, Izri, Bougherara, Gaouaoui, Hadjaoui et autres Asselah sont toujours en mémoire chez les supporters et les nostalgiques du club kabyle, alors que les récents portiers Boultif, Salhi et Benbot n’ont fait que perpétuer la tradition chez les Canaris du Djurdjura.

Et comme la relève a toujours été assurée au stade du 1er-Novembre, une jeune pousse vient d’éclore et rêve de suivre les traces de tous ses aînés dans la cage kabyle. Il se nomme Mohamed Idir Hadid, il a dix-huit ans, et il est originaire du village d’Aït Bouyahia (commune de Beni Douala), une région qui a donné tant de grands talents à la JSK, à l’image de Mouloud Iboud, Youcef Ladjadj, Lamara Douicher et Mourad Berrefane, pour ne citer que ceux-là.

“J’ai commencé ma carrière très jeune, d’abord au sein du club de mon village Aït Bouyahia, l’USCAB, où j’ai effectué mon premier apprentissage pendant deux ans, puis j’ai opté pour l’école de football ABC Foot de Tizi Ouzou où je suis resté trois ans, avant de passer un test au stade du 1er-Novembre où j’ai été retenu en catégorie U13 de la JSK pour confirmer pendant plusieurs saisons dans les jeunes catégories, avant d’accéder en U19 tout en évoluant en équipe espoirs et surtout en m’entraînant avec les seniors”, raconte le jeune Hadid qui a tenu à rappeler une belle anecdote qui l’a marqué dans sa jeune carrière. 

“Je n’oublierai jamais le jour où j’ai été appelé à m’entraîner avec l’équipe pro, car j’étais aux anges à tel point que je n’ai pas fermé l’œil durant toute la nuit, et le lendemain, je me suis réveillé à 8h alors que la séance d’entraînement avec les seniors était programmée à 17h !”, se rappelle le jeune Idir qui a continué à s’entraîner en seniors, sous la conduite de l’ex-gardien international Omar Hamenad, et fut même convoqué en match officiel, à maintes reprises, en tant que second gardien après Oussama Benbot, en remplacement de Abdelkader Salhi qui fut souvent blessé cette année puis libéré par la direction du club kabyle, bien avant le mercato hivernal.

C’est ce qui fait que l’enfant de Beni Douala rêve désormais d’une grande carrière de gardien de but sous les couleurs sacrées de son club d’enfance, surtout qu’il a été déjà sélectionné en équipe nationale des U17 et des U20.

“La JSK est beaucoup plus qu’un club de football, car c’est avant tout un symbole et un patrimoine identitaire, et je rêve de suivre les traces des anciens gardiens de but légendaires du club, comme Berkani, Bougherara et Gaouaoui, tout en espérant glaner de nombreux titres avec mon club de toujours”, dira encore le jeune keeper kabyle qui tient à préciser que, sur le plan international, il a beaucoup d’admiration pour Jan Oblak, le gardien slovène de l’Atlético de Madrid, le Hollandais Jasper Cillesen qui évolue au FC Valence, ainsi que l’Allemand Manuel Neuer du Bayern de Munich, alors qu’il considère que “les deux meilleurs gardiens de tous les temps sont l’Allemand Neuer et l’Italien Gianluigi Buffon de la Juventus de Turin”. 
 

Mohamed HAOUCHINE 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER