Scroll To Top

Sport / Sports

Denis Lavagne à “Liberté”

“L’Algérie a manqué de dynamisme”

© D.R

S’il y a un technicien bien placé qui connaît très bien le lieu du déroulement de la Coupe d’Afrique des nations, c’est sans doute le désormais ex-entraîneur de l’USM Alger Denis Lavagne. Ce dernier a vécu plusieurs années au Cameroun, où il avait occupé le poste d’entraîneur en chef du prestigieux club de Coton Sport de Garoua de 2007 à 2011. Il a même drivé la sélection camerounaise de 2011 à 2012. Dans cet entretien, le technicien français a analysé la première rencontre qu’a livrée l’Algérie face à la Sierra Leone. 

Liberté : M. Lavagne, vous êtes l’un des techniciens qui connaissent très bien le Cameroun, où se déroule actuellement la CAN. Les conditions climatiques sont-elles difficiles durant cette période ?

Denis Lavagne : Le Cameroun, situé en Afrique centrale, est réputé pour avoir un climat difficile avec une chaleur suffocante pendant l’année, sans parler du taux d’humidité assez élevé. Je peux vous dire que les conditions climatiques sont, la plupart du temps, difficiles, à l’instar de pratiquement l’ensemble des pays africains. Vous savez, la région sud-ouest autour de Douala où joue actuellement l’équipe d’Algérie est la plus humide du pays.

L’on comprend, dès lors, les difficultés éprouvées par la sélection algérienne lors de son premier match face à la Sierra Leone, n’est-ce pas ?

Je suis un entraîneur qui suit avec intérêt le football africain. Et la CAN est une compétition très suivie. En tant qu’entraîneur ayant travaillé en Algérie, j’ai suivi le match de la sélection algérienne face à la Sierra Leone. Et je peux vous dire que la forte chaleur avec le taux d’humidité a joué un mauvais tour à l’équipe algérienne. En un mot : les conditions climatiques ont handicapé l’Algérie. D’ailleurs, je n’arrive pas à comprendre comment peut-on faire jouer un match à 14h à Douala. C’est incroyable !

Mais la météo n’est pas la seule responsable de ces débuts difficiles de l’EN, sachant que les Algériens ont raté plusieurs occasions de but. Qu’est-ce qui n’a pas marché, selon vous ?

L’équipe d’Algérie a semblé manquer de peps pour faire la différence en attaque. Certes, la pelouse n’était pas si mauvaise même si elle ralentissait un peu le ballon, mais au risque de me répéter, c’est surtout l’horaire, et donc la chaleur humide, qui était très handicapant. Maintenant, je laisse le soin à Belmadi de faire le débriefing de tout ça. Il connaît mieux les joueurs, ainsi que leur état de forme actuel. Après, nous pouvons analyser un match mais ne pouvons jamais savoir si nous détenons la vérité même après un match. Maintenant, l’équipe d’Algérie doit penser au prochain match face à la Guinée équatoriale.

Pensez-vous que l’EN pourra revenir en force à partir de la prochaine journée ?

Tout est possible. Mais l’Algérie, tenante du titre, garde toutes ses chances intactes pour se qualifier, mais peut-être pas à la première place car la Côte d’Ivoire est en position de force et voudra rafler la pole position. Je peux vous dire que les conditions climatiques joueront un grand rôle lors de cette CAN. Et les sélections maghrébines vont souffrir. Cela ne va pas être facile pour elles. La compétition est longue et l’important, c’est d’arriver à bon port en fin de compétition.

 

Entretien réalisé par : Nazim T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER