Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Sport / Sports

En attendant l’AG du 10 août

Le MCO en mode hibernation estivale


Contrairement à beaucoup d’autres clubs de l’élite professionnelle, le Mouloudia d’Oran nage en pleine inertie. Depuis plus d’un mois, rien ne bouge. Ni côté cour, ni côté jardin. Ni sur le terrain, ni en dehors. Tous les regards restent braqués sur ce rendez-vous du 10 août et cette Assemblée générale des actionnaires de laquelle découlera bon nombre de décisions importantes.
Sans légitimité officielle depuis le 18 juin dernier et l’expiration de son bail d’une année civile, Si Tahar Cherif El-Ouazzani est au chômage technique.
“Que puis-je faire sinon attendre ?”, se lamentait au bord du désespoir celui qui était le premier décideur au Mouloudia avant que la pandémie de coronavirus ne mette fin au championnat à la mi-mars. Depuis, il a espéré, demandé, sollicité et même critiqué sans que rien ne bouge en sa faveur. Après avoir espéré des semaines durant que les actionnaires lui renouvellent son mandat, Cherif El-Ouazzani leur a, ensuite, demandé une petite prolongation d’un trimestre, en vain. Se tournant vers les autorités locales qu’il a sollicitées à maintes reprises sans pour autant que sa situation administrative ne s’améliore, l’ancien capitaine des Verts a alors sorti l’artillerie pour tirer à boulets rouges sur les anciens présidents-actionnaires. Désormais persona non grata, puisque même pas invité à assister à cette assemblée, Cherif El-Ouazzani garde, mine de rien, un tout petit espoir de voir ces mêmes actionnaires l’inclure dans le futur organigramme du club.
En attendant cette session du 10 août, personne au club, aussi bien les sociétaires de l’équipe professionnelle que l’encadrement technique ou administratif, ne sait comment évoluera la situation, surtout que des bruits de couloir insistent sur l’imminence de l’arrivée d’une société étatique au pouvoir alors que d’autres prêtent aux actionnaires la volonté de désigner l’un d’eux comme président du conseil d’administration.

Rachid BELARBI  


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER