Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Sports

Il revient sur la défaite des Verts face à la Zambie

Nouredine Saâdi : “Alcaraz a commis deux erreurs de casting”

 La débâcle de la sélection nationale à Lusaka a choqué plus d’un, notamment les techniciens nationaux. Si certains d’entre-eux estiment que cette élimination du Mondial 2018 est une catastrophe, d’autres, à l’image de Noureddine Saâdi, redoutent une chute vertigineuse de cette équipe nationale. “Il faudra des éléments comme Bougherra ou encore Antar Yahia capables de transcender un groupe pour une cause. Les joueurs ne doivent pas sombrer. Je sais que le public et une certaine presse ne seront pas tendres avec eux à cause de cette élimination, et si les joueurs ne vont pas jouer pour gagner les prochains matches, ce sera la catastrophe. Cela pourrait amener certains à ne plus revenir en sélection tellement ils seront frustrés par ces déconvenues”, dira Saâdi qui ne veut pas entendre parler d’une catastrophe nationale car “l’Algérie n’est pas le Brésil pour se qualifier au Mondial chaque quatre ans. Nous étions présents en Afrique du Sud et au Brésil, nous avons réalisé de bons parcours avec à la clé une qualification aux huitièmes de finale. Il ne faut pas enterrer cette équipe, et le mieux est de trouver les solutions nécessaires pour permettre à l’EN de retrouver sa véritable place”, explique-t-il. “L’équipe nationale ne mourra pas. Ce n’est pas la première fois qu’on connaît ce genre de situations. Il faut relever la tête.” Nouredine Saâdi a toutefois relevé des erreurs de casting commises par l’entraîneur Lucas Alcaraz. “Le premier concerne la titularisation surprise de Hassani. Je trouve cela anormal qu’on puisse prendre une telle décision, d’autant que le joueur n’a pas l’habitude de jouer en Afrique. Je ne comprends guère ce choix alors qu’il aurait pu conserver l’équipe alignée face au Togo avec un Mandi dans l’axe et Attal sur le flanc droit. Et même si on perdait cette rencontre, on aurait au moins dit qu’on avait fait les meilleurs choix. La deuxième consiste en la sortie de Soudani qui est devenu le souffre-douleurs des sélectionneurs. C’est un joueur percutant, dribbleur et qui peut faire la différence à n’importe quel moment. On ne peut pas douter de ses capacités, c’est une valeur sûre”, dira Saâdi qui du reste s’est dit “de ne pas vouloir être à la place des joueurs mardi au stade de Constantine. Ils seront certainement critiqués. À eux de se montrer courageux et montrer ce qu’ils ont dans le ventre pour gagner ce match retour”, conclut l’ex-entraîneur de l’USMA.


Nazim T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER