Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Sports

Itihad Riadhi Baladiat Nezla

Problèmes tous azimuts

Après avoir achevé son stage de préparation effectué durant cet été dans la wilaya de Djelfa, Belkacem Bayazid, le président du club sportif de la commune de Nezla dans la wilaya déléguée de Touggourt, a déclaré dans un entretien accordé à Liberté que son club est confronté à deux impératifs ; le premier a trait à l’état dégradé du stade communal qui nécessite des travaux de réfection urgents et le deuxième est lié à la crise financière difficile à cause, d’abord, d’une dette héritée antérieurement puis, des frais découlant des déplacements effectués par son club à l’extérieur pour recevoir ses adversaires. “Le premier obstacle auquel est confronté le club est bien l’état de dégradation avancée de la pelouse artificielle du stade communal, et ce, depuis 4 ans. Cette pelouse, en piteux état, nécessite une réfection totale. Cet obstacle a vraiment pesé lourdement sur le physique et le moral de nos athlètes. Notre club, était contraint, durant cette période, de se déplacer jusqu’au complexe sportif de 10 000 sièges, ce qui a engendré des frais supplémentaires”, et de poursuivre : “Comme vous savez un joueur qui s’entraîne sur un terrain et qui dispute ses matchs officiels sur un autre terrain peut rencontrer un problème psychique.” Évoquant la question des subventions, M. Bayazid dira que celle de cette année est insuffisante pour un club de cette taille. “Le club renferme toutes les catégories en football et sept disciplines de sport collectif et de combat. La subvention de 500 millions de centimes demeure insuffisante pour un club de cette taille. Pis encore, cette subvention, dépassant la dette précédente du club estimée à 700 millions de centimes, n’est pas reçue à ce jour à cause de contraintes bureaucratiques dont on ignore l’origine.”
En effet, la politique de sponsoring adoptée localement n’est pas du goût du président de l’IRBN qui a préféré lancer un appel aux responsables de ce secteur afin de la revoir et de se demander “comment une région pétrolifère comme Hassi-Messaoud, abritant de grandes entreprises pétrolières nationales et internationales, ne fait pas profiter nos équipes en matière de subventions ?” Et de conclure : “Notre région dispose d’athlètes de haut niveau aptes à concurrencer les grands athlètes au niveau régional et même mondial. La preuve, nous avons des joueurs et des athlètes qui ont été formés dans des clubs de notre région et qui évoluent dans de grands clubs et d’autres qui ont reçu des convocations pour évoluer dans des équipes nationales.”  

Ammar Dafeur


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER