Scroll To Top

Sport / Sports

La FIFA a tranché son dossier

Rooney, une arnaque à 5,5 milliards !

© D.R.

La commission du statut du joueur de la FIFA a tranché le litige qui oppose le MC Alger à son ancien attaquant Eva Wankewai Rooney, licencié en octobre 2020 pour faux, usage de faux et escroquerie.

La commission de la FIFA a donné gain de cause au joueur camerounais qui a plaidé le licenciement abusif et oblige le MCA à payer une indemnité de licenciement de 5,5 milliards de centimes. La direction du MCA peut fait appel auprès du TAS de Lausanne.

En attendant, retour en détail sur une véritable arnaque qui a coûté une arnaque au MCA de Sonatrach : Début octobre 2020, le MCA avait licencié Eva Wankewai Rooney après avoir découvert qu’il n’avait pas le statut d’international, argument du reste valable au vu des prestations médiocres aussi bien au sein du Mouloudia qu’au sein de l’ASAM (prêt).

Le 5 octobre, Eva Wankewai Rooney reçoit donc sa lettre de licenciement dans laquelle on peut lire : “(...) Vu l'attestation de joueur international présentée par le joueur Rooney Eva Wankewai en date du 31 juillet 2019 ; vu la date de la demande de l'authentification de l'attestation de joueur international formulée à la Fédération camerounaise de football sous le couvert de la Ligue de football professionnel et de la Fédération algérienne de football par la SSPA-Le Doyen-MCA en date du 20 septembre 2020 ; vu la réponse de la Fédération camerounaise de football adressée à la Fédération algérienne de football attestant que le document est un faux et qu'il ne figure pas dans la base de données de la Fédération camerounaise de football ; vu l'extrême gravité de la fraude et la falsification de document commise par le joueur Rooney Eva Wankewai ; vu l'article 22 (cas non prévus) des règlements intérieurs des SSPA/clubs ; vu la délibération du conseil de discipline tenu en date de 3 octobre 2020 en présence du joueur, décide : le joueur Rooney Eva Wankewai est licencié sans indemnités ni préavis pour faute grave de 3e degré sans préjudice des sanctions ultérieures qui pourront lui être infligées et de la procédure disciplinaire en vigueur enclenchée auprès de l'autorité fédérale et de la Ligue de football professionnel.”

Le MCA se réfère du reste aux dispositions réglementaires du championnat de Ligue 1 qui stipulent dans le chapitre 5 (enregistrement des licences), alinéa 4, que “le joueur étranger doit avoir un statut de joueur international dans son pays dans les équipes U20, U23 et A pendant au moins deux années, être âgé de moins de 27 ans à la date de son recrutement (date de signature du contrat faisant foi). La Ligue de football professionnel, à travers la Fédération algérienne de football, adressera une correspondance à la fédération du club d’origine pour confirmer le statut du joueur à recruter”.

Cependant et visiblement, la FIFA estime que les vérifications nécessaires quant au statut d’international exigé par la réglementation algérienne n’incombe pas au joueur mais au club via la FAF. Il appartenait donc à la FAF de vérifier l’authenticité du document fourni par Rooney avant la délivrance de sa licence et non pas après. 

C’était donc trop tard, et le joueur était régulièrement qualifié à partir du moment où sa licence a été délivrée par la FAF, surtout que cette dernière a reçu également la lettre de sortie de Rooney de la part de la fédération camerounaise. Interrogé par Liberté le 4 octobre 2020 en marge d’une conférence de presse, le membre du bureau fédéral, Amar Bahloul, avait soutenu que la FAF a fait son travail au moment du recrutement de Rooney par le MCA en septembre 2019.

“Je vous informe que le MCA a demandé l’ouverture d’une procédure disciplinaire contre le joueur Rooney Eva Wankewai en vue d’une rupture du contrat. Ce dernier est accusé d’avoir produit une fausse attestation d’international datée du 31 juillet 2019 que nous avons en notre possession.

Nous avons aussi en notre possession une seconde correspondance de la fédération camerounaise datée du 15 septembre 2020 qui confirme que la première attestation est fausse et ce suite à une demande de vérification de la FAF. Je pense donc que la FAF a fait son travail en juillet 2019 puisqu’elle a authentifié le document produit par le MCA et demandé récemment une contre-vérification. L’affaire concerne désormais le MCA et le joueur qui doivent régler la question par voie réglementaire.” Amar Bahloul rappelait que “tous les transferts internationaux sont réalisés par le biais du TMS complètement contrôlé par la FAF”. 

Du coup, il est clair que c’est la fédération camerounaise qui était fautive dans cette affaire en envoyant un faux document à la FAF. Cependant, la FAF n’a jamais rendu public ce document de 2019. Liberté avait rapporté une déclaration du président de la Fécafoot, Seidou Mbombo Njoya, qui a confirmé que “le document daté de 2019 est bel et bien un faux”, comme souligné du reste dans la réponse envoyée à la FAF. 

Une correspondance envoyée le 15 septembre 2020 par la Fédération camerounaise de football à son homologue algérienne suite à une requête de la FAF, signée par le secrétaire général de la Fécafoot, Benjamin Didier Banlock, atteste qu’“après investigations par nos services compétents, nous avons l’honneur de vous confirmer que la copie d’attestation du joueur Rooney Eva Wankewai est un faux document et ne se retrouve pas dans notre base de données”. En somme, le MCA a été victime d’une véritable arnaque “légalisée” par la FIFA qui n’a pas cherché à sa savoir si la fédération camerounaise a produit un faux ou non en septembre 2019. 
 

SAMIR LAMARI 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER