Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Sport / Sports

Sports

Une participation algérienne honorable

La participation algérienne aux 17es Jeux méditerranéens de Mersin (20 au 30 juin dernier) a été plus que satisfaisante avec une belle moisson de neuf médailles d’or, deux d’argent et quinze médailles de bronze. Une récolte bien meilleure que celle de la précédente édition de Pescara, il y a quatre ans, où les Algériens ont décroché seulement deux médailles d’or, trois en argent et douze en bronze, ce qui a été estimé à l’époque comme une catastrophe pour le sport algérien et le résultat le plus ­­­ dans cette compétition depuis plusieurs années. Au-delà de cette moisson, il est prévisible que quelques disciplines ont pris le dessus sur d’autres et ont prouvé qu’elles sont pourvoyeuses de médailles, à l’image de la boxe, l’athlétisme ou le karaté, contrairement aux sports collectifs qui sont encore loin du ghota mondial.

Boxe : cinq médailles d’or  pour l’Algérie
Les pugilistes algériens ont réalisé un vrai exploit en Turquie en décrochant plus de 50% des médailles d’or. Nos boxeurs ont récolté cinq médailles en or. A vrai dire, le travail de quatre ans, débuté par l’entraîneur Azzedine Aggoune, a porté ses fruits. Les médaillés d’or dans le noble art algérien sont Mohamed Flissi (-49 kg), Réda Benbaaziz (-56 kg), Abdelkader Chadi (-64 kg), Lyes Abbadi (-69 kg) et enfin le champion du monde de la WSB, Abdelhafid Benchabla (-81 kg). Il ne faut pas oublier aussi Mohamed Amin Ouadahi (-60 kg) qui a décroché une médaille de bronze après avoir atteint les demi-finales de sa catégorie.

Athlétisme : Les prévisions  largement dépassées
Avec une moisson de quatre médailles d’or, deux en argent et quatre en bronze, l’athlétisme algérien a fait mieux que lors de précédente édition de Pescara, et les objectifs fixés par la FAA et son président Ammar Bouras ont été largement dépassés, à savoir décrocher deux médailles en vermeil. De ce fait, après la boxe, qui a offert à l’Algérie cinq médailles d’or, l’athlétisme a décroché quatre médailles en vermeil, une belle moisson donc pour l’athlétisme algérien qui, avec ces résultat encourageants, augure d’un bon avenir de cette discipline aux horizons 2016 et même 2020, vu la jeunesse des athlètes algériens. Les athlètes qui ont réussi à décrocher le vermeil sont : Rabah Abboud en 5 000 m, Kenza Dahmani aux 10 000 m, Amina Bettiche aux 30 000 m steeple, et Yasmina Omarani en heptathlon, Souad Aït Salem (semi-marathon) et Miloud Rahamani (400 m haies) ont recolté de l’argent, alors que Hadj Lazib en 110 m haies, Omar Touil aux 1 500 m, Baya Rahouli au triple saut et enfin Souad Aït Salem qui a ajouté à sa médaille d’argent, obtenue au semi-marathon, une autre en bronze, cette fois-ci dans le 10 000 m dames.

Karaté-Do : Deux médailles  de bronze seulement
Les karatékas algériens ont décroché, lors des Jeux méditerranéens de Mersin, deux médailles de bronze seulement. La première a été décrochée par Mohamed Boudis (-67 kg) et la seconde par Messipssa Hamadini (+84 kg). En effet, malgré le fait que la délégation algérienne de karaté était composée de dix athlètes (cinq filles et cinq garçons), reste tout de même que deux médailles seulement ont été récoltées. Il est vrai aussi que le niveau de la compétition était très relevé avec la présence des champion et vice-champion du monde à Mersin. La Fédération algérienne de karaté semble satisfaite de ces deux médailles de bronze. “Nous sommes satisfaits des résultats obtenus chez les messieurs, qui ont pu prétendre à la médaille d’or, mais vu le niveau des adversaires, je pense que le karaté algérien s’en est bien sorti”, a affirmé le DTN de la FAK, M. Traek Maiza.

Maigre moisson pour le judo
En judo, une discipline qui, jadis, était pourvoyeuse de médailles pour l’Algérie, à l’image de Soraya Haddad et Ammar Benikhlef, aux JO de Pékin, n’a pas pu récolter aux Jeux méditerranéens que trois médailles de bronze. Une compétition moins importante que les championnats du monde ou les Jeux olympiques en l’absence des ténors de la discipline, comme les Japonais ou les athlètes asiatiques en général, qui ne sont pas méditerranéens, mais cela n’a pas suffit pour voir une médaille en vermeil décrochée par les Algériens ; au contraire, le judo s’est contenté de trois médailles de bronze, Abderahmen Benamadi (90 kg), Billel Zouani (+100 kg et enfin Kaoutar Ouallal (78 kg). Espérons toutefois que le judo algérien retrouvera ses lustres d’antan avec le nouveau bureau fédéral présidé par M. Massaoud Mati.

Sports collectifs :  le volleyball, l’exception
Seule l’équipe nationale de volleyball messieurs a fait un parcours honorable aux Jeux méditerranéens de Mersin avec une sixième place.
Les Algériens ont réussit à gagner deux rencontres dans la phase des poules face à l’Italie (le champion en titre) et la Macédoine, et ont perdu face à la Tunisie (finaliste) toujours dans la phase des poules. Alors qu’en match de classement pour la 5 et 6 place, l’équipe de Mourad Sennoun a perdu face à l’Égypte 3 sets à Zéro.
Pour ce qui est du basket-ball, le cinq national a démontré qu’il n’était pas prêt pour cette compétition, en perdant toutes ses rencontres face à l’Égypte, la Macédoine et la Turquie (médaillée d’or de cette édition).
Déjà, la FABB n’a pas fixé d’objectif pour cette équipe du moment que l’équipe masculine n’a été inscrite dans cette compétition qu’à la dernière minute, vu que les poulains de Faid Billel ont fixé comme objectif l’afro-basket du mois d’août prochain en Côte d’Ivoire, et également les Jeux islamiques de l’Indonésie au mois d’octobre prochain. Enfin, concernant le handball, les deux équipes masculines et féminines n’ont pas fait long feu en se faisant éliminer dès la phase des poules. L’équipe messieurs a terminé à la neuvième place en battant lors du match de classement la Grèce par 26 à 21, alors que les camarades de Nabila Tizi ont perdu face à la Macédoine 27 à 24 et ont terminé ainsi à la dixième et dernière place.

Une médaille de bronze  pour le cyclisme, les boules,  l’haltérophilie et la lutte
Ce qui est encourageant dans ces  17es Jeux méditerranéens de Mersin, c’est que des disciplines qui, jadis, ne remportaient pas de médailles, sont en train de réaliser des résultats dans des compétitions internationales, à l’image de celle obtenue par le coureur Abdelsamed Hannachi, la pétanque par Sid Ahmed Boufateh, une médaille de bronze arrachée par l’entremise de le jeune Oualid Bidani (105 kg) alors que Mouatez Djediaet a glané une médaille de bronze en lutte  gréco-romaine.


S. M.