L’Actualité RÉACTIONS MITIGÉES AUX DÉCISIONS DU PRÉSIDENT KAÏS SAÏED

Critiques de l’étranger, soutien de la classe politique

  • Placeholder

Amar RAFA Publié 26 Juillet 2021 à 23:35

© D. R.
© D. R.

■ La décision du président tunisien de démettre de ses fonctions le chef de gouvernement Hichem Mechichi et de geler le Parlement a été sévèrement critiquée à l'étranger.

Ankara, allié d'Ennahdha, a notamment appelé à restaure   la “légitimité démocratique”   et  Berlin  à  “revenir  à   l'ordre  constitutionnel  le  plus rapidement possible”. 

L'Allemagne a également appelé au “respect des libertés civiles, qui est l'un des gains les plus importants de la  révolution tunisienne de 2011”, souvent présentée comme la seule réussite du Printemps arabe. 

Le Qatar a annoncé, aussi, qu'il suit la progression de la crise politique en Tunisie, appelant toutes les parties  concernées  à faire primer l'intérêt du peuple tunisien et à éviter toute sorte d'escalade.

Le ministère des Affaires étrangères qatari a, dans ce contexte, invité toutes les parties à opter pour le dialogue, afin de dépasser la crise. Au niveau interne, le secrétaire général du courant populaire, Zouhaier Hamdi, a déclaré que son parti soutient les décisions prises, dimanche, par le président de la République, Kaïs Saïed. Le parti a fait savoir  que  ce qu'a décidé le chef de l'État fait partie de ses prérogatives.

Pour leur part, plusieurs partis qui s'opposent aux décisions prises par le président de la République Kaïs Saïed, et des  organisations  nationales avaient prévu de tenir hier une réunion.

Les   participants  à  la  réunion  sont   le  Courant  démocrate,  le  Parti  des travailleurs, le Parti républicain, la Ligue tunisienne des droits de l'Homme, le Forum tunisien pour les droits économiques  et sociaux  (FTDES), ainsi que d'autres parties qui refusent les décisions  du  chef de l'État et  estiment qu'il s'agit d'un coup d'État.
 

A. R.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute