Scroll To Top

A la une / Actualité

ARRÊTÉS LE 5 OCTOBRE DERNIER

Des relaxes et des mandats de dépôt pour les hirakistes

© D. R.

Arrêtés en marge  du 33e anniversaire  des  événements  du  5 Octobre 1988, plusieurs activistes ont été présentés, jeudi, devant la justice. Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), les 14 personnes arrêtées mardi   dernier  à  Tizi Ouzou ont  été  relâchées  après  leur  comparution immédiate devant le juge du tribunal  de  Tizi Ouzou  qui  a prononcé deux relaxes et 12 condamnations à deux mois de prison avec sursis. 

À Alger, et selon la même  source  d’informations, Abdelli Zouhir Abdeljalil, arrêté lundi dernier chez lui, a été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction du tribunal de Baïnem, alors que la figure du Hirak estudiantin, Abdenour Aït Saïd, arrêté, lui aussi, le 5 octobre et placé en garde à vue, a été présenté devant le procureur du tribunal de Sidi M’hamed d’Alger qui a décidé de le placer sous contrôle judiciaire.

À Béjaïa, l’ancien policier  Zahir Moulaoui a vu sa garde à  vue prolongée. Il avait également été arrêté mardi dernier, avec plus  d’une  dizaine d’autres citoyens qui ont été relâchés le jour même. Le procès de Miloud Lakhdari a été renvoyé au 14 octobre prochain. Placé en garde à vue mercredi dernier par le juge d’instruction du tribunal de Saïda, il a été présenté ce jeudi devant le procureur.

À Ouargla, Réda Zouaouid a été condamné à un an de prison ferme avec mandat de dépôt en comparution immédiate, le 5 octobre dernier. Il avait été arrêté le matin du même jour devant le lieu de son travail à la société Sonatrach base 24 à Hassi Messaoud, rapporte la page Facebook du CNLD.

À Boumerdès, la justice a condamné Sohaïb Chaouchi et Aïssa Saïd à cinq mois de prison ferme sans mandat de dépôt, tandis que trois autres militants du Hirak ont écopé de trois mois de prison avec sursis, après leur comparution immédiate devant le tribunal de Bordj Menaïel.

À Batna, Yacine Merchiche, responsable du bureau local du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et membre du conseil national du parti, a été placé sous mandat de dépôt. Il avait déjà été placé en garde à vue alors qu'il s'était présenté au commissariat de police  après  son  placement sous contrôle judiciaire, il y a plus d’une semaine.

Cinq  autres  militants  de  Batna, arrêtés  durant  la  deuxième  quinzaine  de septembre dernier, sont toujours sous contrôle judiciaire. Pour rappel, près de 70 arrestations ont été enregistrées mardi dernier dans une dizaine de wilayas selon le CNLD. 

Par ailleurs, le procès de 11 hirakistes d’Oran, programmé d’abord pour le 4 octobre, a été  renvoyé  au  25 du  même mois.  Ils  sont  poursuivis  pour attroupement non armé, atteinte à la personne du président de la République et outrage à corps constitués. Quant au procès des  détenus  du  24 mai dernier, il est programmé pour le 26 octobre prochain au tribunal d’Akbou.

Les huit militants du MAK sont poursuivis pour outrage à corps constitués, utilisation de la violence sur les agents de l’ordre public, atteinte à l’unité nationale et attroupement armé.   
 

SAïD OUSSAD


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER