Scroll To Top

A la une / Actualité

Des milliers de personnes dans la rue

Grandiose marche à Béjaïa

Hier lors de la marche du Hirak à Béjaïa. © Liberté

Le Hirak, ce mouvement de contestation populaire, vient de signer son retour sur le terrain de la lutte à la faveur d’une imposante marche citoyenne organisée, hier, dans les artères principales de la capitale des Hammadites.

Des dizaines de milliers de personnes, venues des quatre coins de la wilaya, ont défilé sous une pluie battante depuis le carrefour d’Aâmriw jusqu’au boulevard Amirouche, en passant par le rond-point de Nacéria, le siège de la wilaya et le quartier d’El-Khemis.

Il faut dire que la ville de Yemma Gouraya a renoué avec la mobilisation des grands jours, en cette journée commémorative du deuxième anniversaire de la naissance du mouvement populaire, un certain 22 février 2019.

Il était 10h lorsque les premières grappes de manifestants commençaient à converger vers l’esplanade de la maison de la culture Taos-Amrouche, point de départ habituel des marches du Hirak, à Béjaïa.

Vers 11h, une  marée  humaine  envahit  le  carrefour  d’Aâmriw, bloquant la circulation automobile sur toutes les voies de communication  au  niveau de cette grande intersection. Quelques minutes plus tard, les premiers carrés de la marche commencent à s’ébranler vers le centre-ville.

Munis de parapluies, mais aussi de drapeaux national et amazigh, les manifestants entament leur long parcours en scandant à tue-tête des slogans hostiles au chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune, qualifié de “président illégitime”, et aux généraux de l’état-major de l’ANP, désignés comme “vrais décideurs” et “responsables de la crise multidimensionnelle que traverse le pays”.

“Ulac Echar3ya !” (Pas de légitimité !), “Les généraux à la poubelle, wa el djazaïr tedi listiqlel” (Les généraux à la poubelle, l’Algérie sera libre), “Dawla madania, matchi askaria” (Pour un État civil et non militaire), “Echaâb yourid isqat enidam” (Le peuple veut la chute du régime), “Ulac smah ulac” (Pas de pardon), “Système dégage”…, clame la foule qui voit ses rangs grossir à mesure qu’elle avançait vers le carrefour Daouadji.

“Istiqlal” (Indépendance) et “Tilelli” (Liberté), sont les mots qui reviennent comme une rengaine dans cette procession humaine qui scande aussi ce nouveau slogan : “Djina bach trahlou, matchi bach nahtaflou” (Nous sommes sortis pour demander votre départ et non pour célébrer cette date historique).

À noter que les renforts de police qui se sont déployés en force, dans la matinée, à travers les grands axes de Béjaïa, se sont finalement retirés devant l’ampleur de la mobilisation populaire qui a marqué cette grandiose marche du Hirak qui avait dû s’arrêter à cause de la pandémie de Covid-19.
 

KAMAL OUHNIA

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER