Scroll To Top

A la une / Actualité

Célébration du nouvel an amazigh à Tizi Ouzou

Inauguration de la statue de Chachnaq

© D. R.

Une  statue  géante  du  roi  berbère  Chachnaq, de  plus de 4 mètres de hauteur, a été inaugurée, hier, au chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, à l’occasion de la célébration du nouvel an amazigh, Yennayer 2971. Initiée par l’APW de Tizi Ouzou, l’inauguration de cette œuvre d’art a connu un grand engouement populaire.

En effet, des centaines de personnes ont pris part à cette cérémonie au cours de laquelle le président d’APW par intérim, Ferhat Sadoud, a rappelé la dimension culturelle de cette œuvre dédiée au roi Chachnaq, conçue, a-t-il affirmé, comme un trait d’union entre tous les Algériens.

“On vient d’inaugurer de manière officielle la statue de Chachnaq, une façon de dire que l’Algérie est ancestralement Amazighe. C’est une manière aussi de ressusciter notre histoire et de dire que tamazight est une constante nationale, à côté de l’arabe et de l’islam”, a déclaré Ferhat Sadoud. 

“C’est encore un hommage à tous ceux qui se sont sacrifiés pour que tamazight soit reconnue officiellement car, c’est grâce aux efforts de ces militants qu’on fête aujourd’hui Yennayer de manière officielle”, a-t-il ajouté. 

Tout en saluant l’initiative de l’APW, le P/APC de Tizi Ouzou, Ouaheb Aït Menguellet, a évoqué un retour aux sources. “C’est la fête de Tamazgha, l’Afrique du Nord. Nous sommes en train de suivre le chemin tracé par nos aînés”, a-t-il affirmé.

Le programme de l’APW, à l’occasion de la célébration de Yennayer 2971, a été marqué par une conférence animée par l’écrivain Brahim Tazaghart qui a présenté le roi Chachnaq comme élément unificateur de toute l’Afrique du Nord, tout en appelant à décoloniser l’histoire.

“Il faut refonder l’histoire de notre pays. Ce n’est pas aux autres de l’écrire. L’interprétation et la lecture de l’histoire doivent être algériennes. Il faut décoloniser notre histoire et l’écrire nous-mêmes”, a-t-il estimé.  Pour le conférencier, Chachnaq pose un problème de conscience stratégique pour tous les pays d’Afrique du Nord.

“Chachnaq pose un problème de conscience stratégique pour être à la hauteur des grands peuples”, a affirmé Tazaghart qui préconise “une gestion démocratique et humaine de notre diversité”. “Chachnaq est un personnage qu’on partage avec d’autres peuples, et il faut promouvoir davantage ce qui nous unit et non ce qui nous divise”, a-t-il conclu.

Par ailleurs, l’APW de Tizi Ouzou a récompensé, au cours de cette même cérémonie, les quatre communes lauréates du concours de l’amazighisation et dont le 1er prix est revenu à la commune d’Ath Yenni, suivie respectivement par celle d’Aït Boumehdi, de celle de Tizi Ouzou et de celle de Tirmitine.

Concernant  ce  concours,  l’APW  a  précisé  qu’il  est  organisé  pour récompenser  les  communes  les  plus  actives  dans  le  domaine  de l’utilisation  de  tamazight  dans  le  service  public  et  sa  socialisation.
 

K. TIGHILT


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER