L’Actualité TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE KHERRATA

L’ancien maire de Béjaïa écope de 3 ans de prison ferme

  • Placeholder

Kamal OUHNIA Publié 23 Mars 2021 à 21:32

© D. R.
© D. R.

Le tribunal correctionnel de Kherrata a condamné, hier, l’ancien maire FFS de Béjaïa, Hocine Merzougui, à trois ans de prison ferme et à un million de dinars d’amende, alors que ses coaccusés, dont 7 élus et 3 fonctionnaires de la même commune, écopent de  peines allant d’un an à deux années d’emprisonnement, assorties d’une amende de 500 000 dinars chacun.

Les 11 mis en cause ont été poursuivis pour “abus de pouvoir volontaire à l’effet d’accorder d’indus privilèges en violation des lois et réglementations” et “octroi d’avantages indus lors de la passation de marchés publics”.

Des accusations ayant trait à la “mauvaise gestion des affaires publiques”, notamment les subventions allouées au Comité communal culturel de Béjaïa (CCCB), chargé de l’organisation des activités culturelles artistiques dans la ville des Hammadites.

Le même tribunal de première instance a, toutefois, acquitté le 12e inculpé, en l’occurrence le propriétaire de la société d’édition Gosto Production, auquel on avait confié l’organisation de la 16e édition du Festival de la chanson amazighe de Béjaïa.

Pour rappel, l’ex-P/APC  de Béjaïa, Hocine Merzougui, et son adjoint, Youcef Kadri, alors président du CCCB (ex-comité des fêtes), avaient été suspendus de leurs fonctions, le 2 février 2020, par l’actuel wali de Béjaïa, Ahmed Maâbed.

Une suspension qui  intervenait  consécutivement à leur placement sous contrôle judiciaire par le juge d'instruction près le tribunal de Kherrata, à l’issue de leur audition le 5 janvier 2020.
 

KAMAL OUHNIA

 

 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute