L’Actualité LE GOUVERNEMENT S’ENGAGE À INTÉGRER LE SECTEUR INFORMEL DANS LE CIRCUIT LÉGAL

L’inévitable bataille

  • Placeholder

Meziane RABHI Publié 05 Septembre 2021 à 00:30

© D. R.
© D. R.

Véritable gangrène de l’économie, le secteur informel pèse près de la moitié du produit intérieur brut. Toutes les tentatives engagées pour limiter   son  influence  se  sont   heurtées  à  sa  grande  capacité  de nuisance. L’actuel Exécutif saura-t-il venir à bout de ce fléau ?

Face  au  phénomène  de  prolifération  du  secteur  informel  et  ses conséquences négatives sur l’économie nationale, le gouvernement s’engage à mettre en place les mécanismes et les outils nécessaires à même de capter toutes les ressources de ce secteur et les ramener vers les circuits légaux de l’économie. Cependant, il ne précise pas, dans son plan d’action, les mesures et les moyens qu’il compte entreprendre pour capter la masse monétaire circulant dans le secteur informel.

Les dispositifs lancés par les gouvernements successifs se sont soldés, jusque-là, par un échec. Les deux opérations destinées à bancariser l’argent de l’informel, à savoir la mise en conformité fiscale volontaire et l’emprunt obligataire pour la croissance, se sont soldées par des bilans pour le moins maigres.

L’emprunt obligataire pour la croissance, lancé en avril 2016, n’a pu capter que 461,72 milliards de dinars, alors que l’opération de mise en conformité fiscale volontaire, à laquelle 500 personnes seulement ont adhéré, n’a pu récolter que 35 à 50 milliards de dinars, selon les estimations officielles.

La collecte des ressources est le talon d’Achille du système bancaire algérien. Sur les quelque 6 000 milliards de dinars de monnaie fiduciaire en circulation, entre 1 500 à 2 000 milliards de dinars, représentent l’épargne, hors circuits bancaires, des agents économiques. Le gouvernement s’est contenté de décliner ses intentions, mais sans préciser le mode opératoire ni les échéances de réalisation. 

Ainsi, il évoque la captation de la masse monétaire circulant dans le secteur informel par la restauration de la confiance du citoyen en ses institutions financières et bancaires. L’Exécutif compte mettre en place des mesures d'intégration, d'incitation et de contrôle, pouvant aider au transfert de l'activité informelle vers le secteur formel. 

Cependant, il ne précise pas la nature de ces mesures. Il promet la lutte contre le marché informel de la devise. Le gouvernement prévoit la mise en place d'outils nécessaires à l'évaluation de l'étendue des activités informelles dans le secteur économique et au recensement des contribuables potentiels et, partant, à l'évaluation des pertes fiscales engendrées par ces activités. Le plan d’action fait état de l’identification des secteurs à risque et les pratiques favorisant le développement du secteur informel.

L’Exécutif s’engage, par ailleurs, à mettre en place les outils et mécanismes nécessaires pour assurer une meilleure organisation et encadrement du commerce intérieur, dont les principaux objectifs consistent en la lutte contre le commerce informel, en l'assainissement du marché et la moralisation de l'acte de commerce, la densification des équipements commerciaux,  la numérisation du secteur commercial, le développement du e-commerce, la révision des cadres législatifs et réglementaires relatifs aux activités commerciales, à  la  protection des  consommateurs  et  la  promotion  de la concurrence.
 

Meziane RABHI

 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 60 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  3. Déclaration d’Issad Rebrab

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute