Scroll To Top

A la une / Actualité

COVID-19 À TÉBESSA

La DSP fait face à un manque d’oxygène

© D. R.

■  Suite à la montée en flèche du nombre de  nouveaux  cas de Covid-19 à Tébessa, ces derniers jours, le directeur de la santé et  de la population de cette  wilaya,  Saïd   Benlaïd, craint  que  les  hôpitaux   soient  rapidement confrontés à une forte pression sur certains services, notamment de réanimation.

S’exprimant   à  propos  du  nombre  alarmant  de patients  testés  positifs au coronavirus, qui  sont  admis  dans  les  structures  sanitaires de la  wilaya et particulièrement à celui du centre de référence, Saïd Benlaïd a  confirmé que la situation est effectivement préoccupante, appelant à une extrême vigilance si l’on souhaite éviter le pire. 

“En ce qui concerne l’évolution de la pandémie, la wilaya  de Tébessa connaît une nette recrudescence de la Covid-19. Au vu du nombre de cas enregistrés, on peut dire que la situation est inquiétante par rapport aux capacités de prise en charge de la wilaya”, a reconnu ce responsable, en rappelant que Tébessa figure toujours au nombre des wilayas soumises au confinement partiel.

 Il indiquera qu’à ce titre et en exécution des instructions de sa tutelle, la Direction de la santé a augmenté le nombre de lits d’hospitalisation au sein des structures sanitaires de la wilaya, passant de 200 à 500 lits avec l’ouverture de nouvelles annexes à cet effet. 

“Nous avons inclus, dans le cadre du renforcement, des établissements qui n’étaient, jusqu’ici, pas concernés par la prise en charge de la lutte contre la Covid-19, comme par exemple l’EHS Allia-Salah de la ville chef-lieu, qui est un hôpital destiné à l’accueil des urgences et des actes chirurgicaux, ainsi que l’EHS de Morsott. Cela pour renforcer le centre de référence Bouguerra-Boulares où sont concentrées toutes les capacités de lutte contre le virus, c’est-à-dire le maximum de lits médicalisés et autres respirateurs”, devait-il ajouter, en signalant que les structures hospitalières de la wilaya manquent dramatiquement d’oxygène pour traiter les patients admis en détresse respiratoire. 

“ La  plupart  des  patients  atteints que  nous accueillons  ont  besoin  d’une oxygénothérapie.   Ce  qui  nous a  amenés  à  renforcer  nos  capacités  de stockage stratégiques d’oxygène par l’installation d’une nouvelle cuve de 5 000 litres et en veillant à ce que les structures existantes n’en manquent pas en cette période cruciale de la pandémie”, se limitera à dire le DSP, sans pour autant préciser si les pénuries constatées ont été à l’origine de décès ou non, comme le soutiennent plusieurs sources.

Abordant la question de la vaccination, Saïd Benlaïd a affirmé que tous les moyens matériels et humains ont été mis pour assurer le succès de l’opération en cours à travers toutes les 28 communes de la wilaya. 

“Nous nous sommes fixé un objectif de 12 à 15 000 personnes à vacciner par semaine. Nous avons pu vacciner quelque 2 000 personnes par jour au tout début de l’opération, et aujourd’hui, nous en enregistrons 3 000 avec la mise en place de 30 points de vaccination avec pas moins de 10 équipes mobiles, pour nous rapprocher le plus possible de la population”, se réjouit le directeur de la santé.

Cela en faisant remarquer que ses équipes sur le terrain ont dépassé le stade de la sensibilisation et qu’elles sont au contraire pratiquement assiégées par les citoyens qui viennent se faire vacciner dans les mosquées et les maisons de jeunes. 
 

A. ALLIA

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER