L’Actualité L’ALGÉRIE FACE AU DÉFI DU DÉFICIT HYDRIQUE

“LA SITUATION EST CRITIQUE, MAIS PAS DÉSESPÉRÉE”

  • Placeholder

Nabila SAIDOUN Publié 27 Juin 2021 à 23:16

© D. R.
© D. R.

Ils préconisent, dans l’urgence, le dessalement de l’eau de mer même si le procedé demeure coûteux et, à  terme, la  réutilisation  des eaux usées traitées notamment pour  l’agriculture  qui  absorbe  70% de la ressource. 

“Le secteur de l’agriculture absorbe 70% de la ressource en eau, l’industrie en utilise  20%  et  seulement  10%  sont  alloués  pour  la  consommation  des ménages”, ont indiqué, hier, des intervenants au colloque international organisé  à  l’École   nationale  supérieure  de  statistique  et  d’économie appliquée (ENSSEA)  de  Koléa  sous  le  thème : “L’Algérie  face  au  défi  du déficit hydrique : situation, enjeux et perspectives”. 

L’occasion pour ces  experts  de  remettre  au  goût  du  jour  le  débat sur la problématique de l’eau en ces temps de manque. “La  situation  est  critique mais pas désespérée”, attestent-ils pour peu que “l’État prenne des décisions courageuses et efficientes”.

Le professeur Kettab, consultant et expert international dans le domaine hydraulique, a, pour sa part, carrément pointé du doigt “la faillite” de la politique de l’eau menée, jusque-là, relevant “le manque de vision et la mauvaise gestion qui, dit-il, ont totalement dominé”. 

Il déplore, qu’“en l’espace de 20 ans, pas moins de 60 milliards de dollars ont été dépensés pour les résultats que l’on connaît. Il est clair que nous avons fait les mauvais choix sans être efficaces et nous avons, surtout, manqué de clairvoyance en l’absence de toute vision anticipative”.

En marge de la rencontre, il assure  qu’“on peut  contourner  la crise par une nouvelle stratégie”. Il explique : “Si on prend la moyenne nationale sur les 80 barrages, nous constatons qu’ils sont remplis à 44% soit 3 milliards de m3. Si cette ressource était équitablement répartie, on aurait pu s’en sortir, mais c’est loin d’être le cas.”

Et pour étayer ses propos, il ajoute : “70% de cette eau est disponible dans les barrages de l’Est et seulement 30% au Centre et à l’Ouest, et c’est ce qui provoque la pression notamment pour la région centre, surtout que le barrage du Hamiz est vide, celui de Keddara également et il ne reste pas grand-chose dans celui du Taksebt.” 

Et face à ce stress hydrique qui caractérise l’Algérois, notamment la capitale, l’expert précise : “Les années passées, on disait qu’Alger consommait 1 200 000 m3 par jour, mais en vérité, Alger consommait beaucoup plus que cela.

En  2020, nous  avons  puisé   sans  retenue  dans  l’eau  des  barrages  sans aucune anticipation sur une éventuelle faiblesse en pluviométrie qui a pourtant fini par nous rattraper, provoquant un grand déficit que les 11 stations de dessalement de l’eau de mer sont loin de combler.”

Le professeur Kettab évoque alors la nécessité de recourir à “l’exploitation des eaux souterraines, dont la nappe albienne” qui a la capacité de nous abreuver sur 5 000 ans, mais pas seulement.

“Nous devons avoir le courage de revoir la tarification sans porter préjudice aux ménages modestes et sensibiliser et apprendre au citoyen à mieux gérer sa consommation.” Abdelhamid Melboucy, directeur du developpement auprès d’Amenhyd, a, de son côté, préconisé “le recours au traitement des eaux usées pour les réutiliser dans l’agriculture qui accapare 70% de la ressource”.

Il affirme, par ailleurs, que “l’Algérie dispose de compétences algériennes à même de réaliser les stations de dessalement de l’eau de mer pour peu qu’on leur fasse confiance et qu’on les accompagne”. 
 

Nabila SAÏDOUN

 

 

 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute