Scroll To Top

A la une / Actualité

Alors qu’il dénonce le recours systématique à la gestion sécuritaire des affaires de l'État

Le FFS réclame des mesures d’apaisement

© Yahia Magha/Liberté

“L'adoption de l'approche du tout-sécuritaire pour faire face à la crise politique ne fera que creuser davantage le fossé de la confiance, alimenter les tendances extrémistes et augmenter la tension, ce qui aggraverait encore la situation”, estime le parti.

Cela ressemble par certains aspects à des “exigences” dont la non-satisfaction pourrait contraindre le parti à revoir sa copie de la participation : dans un communiqué rendu public hier, le Front des forces socialistes (FFS), dont l’annonce de la participation aux prochaines échéances électorales constitue sans nul doute une caution non négligeable pour la crédibilité du processus engagé par le pouvoir, n’a pas dissimulé ses “inquiétudes” devant la vague d’arrestations qui touche depuis quelques jours de nombreux militants politiques, défenseurs des droits humains et journalistes.

Derniers en date : l’activiste Fodil Boumala et le journaliste, Mohamed Mouloudj. C’est ainsi qu’il dénonce le recours “systématique à la gestion sécuritaire des affaires de l'État pour contrer les aspirations populaires à la liberté, à la dignité et à la justice sociale”. Pis encore, le FFS ne manque pas de s’interroger sur les motifs qui sous-tendent cette “chasse aux sorcières” d’autant qu’elle intervient à quelques semaines d’une échéance électorale qui commande plutôt un climat d’apaisement et d’un minimum de conditions pour une compétition politique saine. “Le FFS s'interroge sur le timing de cette escalade sécuritaire et judiciaire, d'autant plus que le pays est à l'aube d'une élection locale, qu'il aurait été plus approprié d'encourager en adoptant un certain nombre de mesures d'apaisement, capables de rétablir la confiance et d'instaurer la sérénité dans la société”, note le communiqué signé par le premier secrétaire du parti, Youcef Aouchiche.

Comme à la veille des législatives qu’il a fini par boycotter sous la pression de la base militante, le FFS réitère son “exigence” de certaines mesures, seules à même d’apaiser le climat politique dont le moins que l’on puisse dire est des plus délétères et qui n’est pas de nature, loin s’en faut, de susciter l’adhésion de la population au processus. “Le FFS réitère son exigence pour la libération de tous les détenus d'opinion et la cessation immédiate des atteintes aux libertés individuelles et collectives, et l'ouverture des champs politique et médiatique”.

Le FFS, dont les appels incessants depuis plusieurs mois en direction du pouvoir pour initier des mesures d’apaisement n’ont pas trouvé d’écho, — si l’on excepte la libération de certains détenus après la rencontre avec Abdelmadjid Tebboune —, seront-ils entendus cette fois-ci ? S’il faut se garder de toute conclusion hâtive, il reste que le parti délivre un message sibyllin à l’adresse du pouvoir, une espèce de mise en garde contre la poursuite de la stratégie du “tout-sécuritaire” laquelle est susceptible d’alimenter la tension et par conséquent l’exacerbation de la crise qui conduirait fatalement à une désaffection populaire. Mais pis encore à alimenter les courants extrémistes.

“L'adoption de l'approche du tout-sécuritaire pour faire face à la crise politique ne fera que creuser davantage le fossé de la confiance, alimenter les tendances extrémistes et augmenter la tension, ce qui aggraverait encore la situation”. Or, le FFS, en annonçant le week-end dernier sa participation aux élections locales avait indiqué qu’elle procédait d’un “choix stratégique” et par la “responsabilité nationale” de ce parti et son attachement à “l’unité et à la souveraineté nationales”, et répondait à un souci de “préservation de la paix et de la cohésion sociales”, qui font l'objet de multiples “menaces internes et externes”. Il se présentait ainsi comme le parti susceptible d’empêcher une autre désaffection massive, particulièrement en Kabylie et qui aura fatalement à profiter aux forces “extrémistes”.

“Notre pays, qui fait face à une situation difficile et aborde d'énormes défis à tous les niveaux, a besoin de sagesse et d'instauration d'un climat de calme et de sérénité afin que nous puissions préparer les conditions propices à un dialogue national global en mesure de mettre fin à la crise nationale et ouvrir la voie pour la construction d'un État de droit, de liberté et de démocratie”, souligne le FFS. En décodé, le FFS semble indiquer que, faute d’un climat d’apaisement, sa participation est loin d’être un “chèque en blanc”. Il n’omet pas enfin d’appeler à la vigilance. “Le FFS appelle à la vigilance et à la lucidité de ne pas se laisser entraîner dans les manœuvres visant l'Algérie et son peuple, quels que soient leurs auteurs et leurs origines”.

 

 

Karim K. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER