L’Actualité Bordj Bou-Arréridj

Le marathon judiciaire de Brahim Laâlami se poursuit

  • Placeholder

Chabane BOUARISSA Publié 17 Février 2022 à 09:44

Le procès du militant et activiste du Hirak, Chemseddine Laâlami, dit Brahim, prévu pour hier, a été renvoyé à l’audience du 2 mars prochain, selon un des avocats du collectif de défense, Me Zine Boukhari. Selon la même source, Brahim Laâlami est poursuivi dans deux nouvelles affaires : ‘‘Publication de fausses informations’’ et ‘‘outrage à corps constitué’’. “Le collectif de défense a eu connaissance de la date du procès tard et n’a pas pu étudier tout le dossier. C’est pour cette raison que nous avons demandé le report du procès”, précise l’avocat. “Ce énième procès nous inquiète et ces poursuites nous font peur. Jusqu’à présent, il a été lourdement condamné et poursuivi dans de nombreuses affaires”, a souligné le collectif de défense. 

Pour sa famille, ces nouvelles affaires confirment ses craintes. “Brahim est victime d'un acharnement judiciaire”, dit un de ses proches. “Pour dénoncer sa situation et cet acharnement contre lui, Brahim Laâlami a fait plusieurs grèves de la faim, à chaque fois qu’il s’est retrouvé en prison”, indique son père, qui réclame la libération de son fils. “Mon fils n’a rien fait. Il aime l’Algérie et déteste l’injustice”, insiste-t-il. Pour rappel, Brahim Laâlami a été sanctionné par la justice à plusieurs reprises. Il purge actuellement, à la prison d’Aïn Oussera (Djelfa) plusieurs peines de prison pour différentes accusations, dont “offense au président de la République’’, ‘’outrage à corps constitué’’, “incitation à attroupement non armé’’, “attroupement non armé’’, “discours de haine’’, “possession de drogue’’, “publication sur les réseaux sociaux portant atteinte à l’ordre public”… Arrêté fin juin par les gardes-côtes algériens alors qu’il tentait de traverser la Méditerranée, Brahim Laâlami a été placé sous mandat de dépôt le 4 juillet 2020. 

 


Chabane BOUARISSA

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute