Scroll To Top

A la une / Actualité

l’aérogare, LE transrhumel, capitale de la culture arabe entre les mains de la justice

Les lourds dossiers de corruption de Constantine

© D.R

Les services de la police judiciaire de la DGSN de Constantine affirment qu’il s’agit bel et bien de lourds dossiers qui ont nécessité beaucoup d’investigations avant leur transfert à la justice.

Les dossiers de l’aérogare internationale Mohamed-Boudiaf, du pont géant Transrhumel Salah-Bey, de l’événement Constantine, capitale de la culture arabe 2015, et de l’Agence de la Banque nationale d’Algérie (BNA) ont fait l’objet d’investigations et enquêtes poussées des services de la police judiciaire de Constantine dont dépend la brigade économique et financière. 

C’est ce qu’a révélé hier le chef du service de la police judiciaire de Constantine, Boubekri Yazid, lors d’une conférence de presse concernant le bilan des activités de la sûreté de la wilaya de Constantine. Le conférencier, qui a reconnu qu’il s’agit bel et bien de lourds dossiers qui ont nécessité beaucoup de temps, n’a pas pour autant donné des détails sur ces affaires vu qu’elles étaient entre les mains de la justice.

Des révélations qui corroborent d’ailleurs les informations rapportées par Liberté au mois d’octobre 2020 et la semaine dernière concernant les auditions de l’ex-Premier ministre Noureddine Bedoui, de l’ex-ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, et récemment du ministre des Transports entre 2008 et 2013, Amar Tou. Une assertion qui présuppose également la convocation prochaine par la justice de ces anciens hauts responsables de l’État et probablement d’autres cadres supérieurs et intervenants dans la réalisation, le suivi et la direction de ces projets.

Les noms d’anciens responsables qui ont chapeauté l’événement Constantine, capitale de la culture arabe 2015, qui a englouti plus de 6 000 milliards de centimes, devraient également être cités. Une kyrielle de projets inscrits n’a pas abouti alors que d’autres ont été abandonnés à mi-chemin, à l’image du salon des expositions qui devait être implanté sur une assiette mitoyenne à la grande salle de spectacle Ahmed-Bey, plus connue sous le nom du Z”nith, également construite dans le cadre de ce rendez-vous.

Cela au moment où le projet du pont géant Salah-Bey concernerait principalement l’ex-ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, une réalisation qui n’est toujours pas achevée, si l’on tient compte de tous les accès qui étaient prévus dont l’échangeur de la cité Ziadia désigné pour constituer une voie directe vers l’autoroute Est-Ouest et qui est encore en souffrance.

C’est aussi le cas du projet de la nouvelle aérogare de Constantine réceptionnée en 2013 après plusieurs années de retard pour lequel, l’ex-ministre des Transports, Amar Tou, a été auditionné par la police judiciaire de Constantine, il y a moins de dix jours après que les deux ex-walis de Constantine, Abdelmalek Boudiaf et Noureddine Bedoui, ont eu à s’expliquer devant les enquêteurs sur les dessous de cette affaire.

Ce sont en effet autant de projets et réalisations aux relents scandaleux, inscrits à une période d’embellie financière sous le règne du président déchu Bouteflika, laquelle aura servi les “professionnels” de la rapine plutôt que le développement local et l’intérêt général.

 


Kamel Ghimouze


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER